Nicolas Edet cofidis 040712
Nicolas Edet | DR

Nicolas Edet: "Je vais remettre ça"

Publié le , modifié le

Pour sa première participation, Nicolas Edet (Cofidis) s’est illustré dès la première étape dimanche, avec une longue échappée qui lui a permis de se libérer. Le jeune coureur de la Cofidis entend bien retenter sa chance, alors pourquoi pas ce mercredi, lors de la quatrième étape ?

Vous avez débuté très fort pour un premier Tour…
Nicolas Edet : C’est vrai, j’étais devant dès la première étape. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre sur le Tour, et c’est vrai qu’être devant avec la foule, le public qui nous encourage, c’est vraiment magnifique. J’ai eu le prix de la combativité, c’est bien pour une première journée de débuter avec le podium. J’espère remettre cela sur les prochaines étapes qui vont être plus vallonnées. Sur des étapes de baroudeurs où j’ai une chance d’aller au bout, je vais essayer comme les coéquipiers de le tenter.

On sent qu’il n’y a pas trop de place pour les baroudeurs, est-ce votre impression ?
NE: Je pense que c’est un peu comme ça tous les ans. La première semaine est celle où les sprinteurs veulent s’exprimer, car la suite est souvent plus compliquée pour eux. J’espère que les baroudeurs auront leur part. Lors de la première étape, on avait pour objectif d’aller dans les échappées pour avoir le maillot des grimpeurs, et cela m’a permis de me libérer pas mal de stress en me retrouvant à l’avant dès le début, et me mettre sur la bonne voie.

Lorsque l’on se retrouve seul en tête alors qu’il reste encore 180 kilomètres à parcourir, qu’est-ce que l’on se dit ?
NE: On se dit dans la tête que ça va être long, mais si on est sur le Tour, et que l’on est devant, sans y croire un minimum, cela ne sert à rien d’attaquer. Si on y croit pas, autant rester dans le peloton. Même si il y avait de fortes chances pour que le peloton revienne, j’ai fait le maximum pour que l’on aille au bout. Cela n’a pas marché cette fois, mais je vais recommencer.

Romain Bonte