Yannick Agnel
Le nageur français Yannick Agnel | DAMIEN MEYER / AFP

Yannick Agnel quitte Bowman pour Horter et Mulhouse

Publié le , modifié le

Après des Championnats d'Europe décevants et un an et demi passé à Baltimore, Yannick Agnel aurait choisi de stopper sa collaboration avec l'entraîneur américain Bob Bowman selon l'Equipe. Licencié à Mulhouse, le nageur de 22 ans y retrouvera Lionel Horter, démissionnaire de son poste de DTN. Objectif, se remettre d'aplomb pour les Jeux de Rio 2016.

Le rêve américain a donc pris fin. Parti aux Etats-Unis pour prendre une nouvelle dimension et marcher sur les traces du légendaire Michael Phelps, Yannick Agnel n'a pas réussi son pari. Champion du monde du 4x100 m et du 200 m, sa spécialité, lors des derniers Championnats du monde, le Nîmois avait idéalement débuté son histoire avec Bob Bowman, coach historique de la vedette américaine. Un an plus tard, le constat est plus amer. Sixième des France sur 100 m alors qu'il comptait s'aligner sur la distance reine, le 200 m et le 400 m à l'avenir en grandes compétitions, Agnel a connu deux autres désillusions aux Europe. Dans le bassin de Berlin, la fusée gardoise a d'abord chuté dès les séries du 400 m. Puis, elle a été écartée du 4x100 m tricolore, devenu maître du continent.

Agnel n'as pas perdu son temps avec Bowman

Malgré une médaille de bronze arrachée à l'orgueil et à la bagarre sur les quatre longueurs de bassin, le bilan ne pouvait être satisfaisant pour un nageur de la trempe de l'ancien élève de Fabrice Pellerin. "Il y a beaucoup à critiquer au niveau de la méthode ou de ce qu'on a fait", lâchait le Français à destination de son coach dans la capitale allemande en août. La séparation semblait dès lors inéluctable. Toutefois, Yannick Agnel n'a pas perdu son temps pendant ses seize mois à Baltimore. Si les résultats n'ont pas été à la hauteur, le crawler de 22 ans a retrouvé le plaisir de l'eau et le goût de l'effort. Dans le bassin, le double champion olympique et du monde n'a jamais autant travaillé que sous la férule de Bowman. Il s'est étoffé physiquement grâce à la musculation et a progressé sur les coulées notamment. Des atouts précieux qu'il devra conserver. 

Horter, technicien reconnu

A l'inverse, sa technique de nage s'est détériorée, faisant grimper ses chronos. Redonner ces battements de bras si légers et efficaces à son nouvel élève sans oublier de cultiver ses nouvelles qualités, telles seront les missions de Lionel Horter. DTN depuis un an, l'ancien entraîneur de Maracineanu, Leveaux et Laure Manaudou retourne sentir l'odeur du chlore près des bassins. Il avait notamment offert à la France le premier titre mondial de son histoire en 1998 grâce à la dossiste. Avec le sprinteur et l'ancienne championne olympique d'Athènes, venue à ses côtés à l'aube des JO de Pékin, l'homme de Mulhouse a eu des expériences plus mitigées. Mais ses qualités sont reconnues. "Je le soutiens à 100% dans sa démarche. Lionel (Horter) est un entraîneur  de classe mondiale et Yannick progressera sous sa coupe", reconnait d'ailleurs Bob Bowman. Le président de la Fédération française de natation Francis Luyce ne dément pas mais n'entend pas les choses de la même manière. "On ne démissionne pas 'un poste de DTN comme ça!", peste-t-il dans l'Equipe du jour. La seule ombre qui plane sur le duo Agnel-Horter ce matin...

Jerome Carrere