Ryan Lochte à l'arrivée du 200m 4 nages des championnats des Etats-Unis le 31 juillet 2019
Ryan Lochte à l'arrivée du 200m 4 nages des championnats des Etats-Unis le 31 juillet 2019 | SIPA - David J. Phillip

Ryan Lochte, le retour du banni pour viser les JO de Tokyo en 2020

Publié le , modifié le

Après 14 mois de suspension pour une injection intraveineuse, après une mise à l'écart de 10 mois suite à son agression inventée lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016, après une cure de désintoxication, Ryan Lochte a replongé dans les bassins et vise une qualification pour les JO de Pékin en 2020. "Je fais cela pour moi et ma famille. Je veux aller aux Jeux olympiques de 2020, mes cinquièmes JO, et peut-être monter sur le podium", a-t-il dit.

Il aurait pu trouver enfin la pleine lumière au moment de la deuxième retraite de Michael Phelps, celui qui avait toujours fait plus et mieux que lui. Mais Ryan Lochte a, au contraire, connu une descente aux enfers une fois que son rival a remporté sa 23e et dernière médaille olympique à Rio en 2016. Deux suspensions, et une cure de désintoxication à l'alcool, et aujourd'hui, il a l'envie de revenir sur un plot, de retrouver l'élite.

"J'ai eu beaucoup de hauts et de bas. Je suis ici simplement pour nager et fixer mes objectifs pour 2020", a-t-il déclaré  lors de son retour à la compétition, cette nuit, aux championnats des Etats-Unis qualificatifs pour les sélections américaines. "Je ne suis plus la même personne qu'il y a trois ans", a-t-il ajouté. "Je fais cela pour moi et ma famille. Je veux aller aux Jeux olympiques de 2020, mes cinquièmes JO, et peut-être monter sur le podium. Tout ce que je fais dans et hors de la piscine, je le fais pour ma famille. Depuis la naissance de Caiden et de ma petite fille, je vois la vie différemment."

Ryan Lochte et Michael Phelps, une rivalité mais aussi une association
Ryan Lochte et Michael Phelps, une rivalité mais aussi une association © SIPA - Natacha Pisarenko

Dans l'ombre de Michael Phelps, Ryan Lochte avait pourtant fait sa vie, avec sa gueule d'acteur de cinéma, sa musculature imposante, son oeil rieur. Son palmarès peut faire rougir n'importe quel nageur: six médailles d'or olympiques (dont deux en individuel), 16 titres de champion du monde (dont 10 en individuel), un record du monde qui tient toujours sur 200m 4 nages. C'était l'une des stars de la natation mondiale, mais depuis 2016, il est tombé au fond du trou.

Il y a déjà ces JO à Rio traversés quasiment dans l'anonymat (sacré en relais 4x200m nage libre) pour lui qui avait toujours ramené au moins deux médailles lors des trois JO précédents. Mais surtout, il y a cette affaire d'agression dans une station essence de la ville par de faux-policiers, finalement inventée par ses soins et ses compères pour masquer une soirée trop arrosée conclure par des dégradations et l'agression d'un vigile. L'affaire avait fait grand bruit lors de sa divulgation, mais aussi lorsqu'elle avait été éventée. Résultat: il avait écopé de dix mois de suspension par sa Fédération. 

Les Unes des journaux lorsque le mensonge de Rio a été révélé
Les Unes des journaux lorsque le mensonge de Rio a été révélé © SIPA - Richard B. Levine/NEWSCOM

Moins d'un an après son retour à la compétition, il est de nouveau suspendu, cette fois pour une perfusion illicite de vitamines. 14 mois de suspension. "J'ai suivi une cure de désintoxication, j'ai tout fait", assure-t-il aujourd'hui. A bientôt 35 ans (dans deux jours), Ryan Lochte a fini le 200m 4 nages des championnats des Etats-Unis avec un temps de 1'57"88, quatre secondes moins vite que son record du monde qui tient toujours. Mais un temps suffisant pour lui ouvrir les portes des sélections américaines. Et poursuivre son rêve olympique et aussi de rédemption, pour être présent dans moins d'un an à Tokyo dans ce qui serait ses 5e Jeux Olympiques. Soit autant que Michael Phelps...