Fabrice Pellerin et son équipe
Fabrice Pellerin (premier à gauche) et son équipe de Nice parmi lesquels Yannick Agnel et Camille Muffat | MAXPPP - LAURENT CARRE

Pellerin-Agnel, divorce sans préavis

Publié le , modifié le

Après six années de collaboration, Yannick Agnel a décidé de mettre fin à son aventure à Nice avec Fabrice Pellerin. Quelques heures après l'annonce officielle, l'entraîneur a déclaré à l'AFP: "Je ne suis pas surpris, je me prépare à tout. Je ne suis pas déçu. mais ce n'est sûrement pas agréable." Et selon ses dires, le divorce s'est conclu de manière très brève, après une semaine d'absence du nageur: "C'était très bref, quelques secondes seulement. Il m'a dit qu'il voulait prendre du recul et profiter. Précisément. Ce sont ses mots. J'ai bien entendu ce qu'il m'a dit, qu'il arrêtait de s'entraîner et qu'il mettait un terme à sa saison".

Comme dans toute séparation, il y a souvent un plus malheureux que l'autre. Dans les couples d'entraîneur-entraîné, c'est pareil. Quelques heures après l'annonce officielle du départ de Yannick Agnel pour les Etats-Unis en septembre, conduisant à l'arrêt de sa collaboration avec Fabrice Pellerin à Nice, ce dernier a livré ses premières impressions. Et un peu à l'image du communiqué de la fédération française de natation annonçant la décision du nageur, le technicien ne fait pas dans l'émotion, encore moins dans le catastrophisme. Malgré six années à façonner ce surdoué de la natation tricolore, six années pour le placer sur la plus haute marche du podium olympique. "Je ne suis pas surpris, je me prépare à tout. Je dois garder une énergie positive pour les autres nageurs. Je ne suis pas déçu. Mais ce n'est sûrement pas agréable", a-t-il déclaré. Ce sont ses uniques mots faisant état de sentiments.

Quelques secondes pour une séparation

Il faut dire que, d'après son récit, Yannick Agnel ne l'a pas ménagé au moment de lui annoncer son désir de le quitter. "C'était très bref, quelques secondes seulement. Il m'a dit qu'il voulait prendre du recul et profiter. Précisément. Ce sont ses mots. J'ai bien entendu ce qu'il m'a dit, qu'il arrêtait de s'entraîner et qu'il mettait un terme à sa saison", raconte-t-il. Un échange, consécutif à une absence d'une semaine du nageur, et qui n'a pas connu de suite depuis. "Tout ça me semble versatile", a poursuivi Pellerin, pour qui le départ d'Agnel n'est pas "quelque chose de réjouissant mais ce n'est pas la fin du monde non plus. Yannick n'a cessé de parler toute l'année de son ambition forte d'être champion du monde sur 200 m libre après avoir été champion olympique. Sportivement c'est critiquable. C'est sûr que Yannick ne sera pas champion du monde cet été. Quant à son projet, lui seul le sait". Car le départ d'Agnel se double de la décision de ne pas participer aux épreuves individuelles des Mondiaux de Barcelone cet été. 

"Le scénario n'est pas nouveau. C'est classique. on en a vu d'autres. Laure Manaudou par exemple. Même timing, même démarche", a ajouté le technicien en référence à la décision de la championne olympique 2004 du 400 m libre de quitter son mentor Philippe Lucas en mai 2007 deux mois après son triomphe aux Mondiaux de Melbourne (5 médailles dont deux d'or). Malgré son jeune âge, Yannick Agnel suivra-t-il la même trajectoire ? Le communiqué officiel de la FFNA annonce que le champion olympique du 200m nage libre expliquerait dans les prochains jours son nouveau projet. Il pourra alors donner sa version sur cette séparation.