Paris 2024 - Information France Télévisions : La piscine olympique suspendue à un recours par les architectes recalés

Publié le , modifié le

Auteur·e : Alexandre Boyon
Le projet de piscine olympique pour Paris 2024
Le projet de piscine olympique pour Paris 2024 | AFP - METROPOLE DU GRAND PARIS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les architectes hollandais du projet recalé ont déposé un référé précontractuel au Tribunal de Montreuil concernant la procédure d’attribution de la piscine olympique de Paris 2024. L’audience se tiendra lundi 13 juillet au Tribunal administratif de Montreuil. Le complexe nautique a décidément du mal à sortir la tête de l’eau.

Remous en perspective. Le 15 mai dernier la Métropole du Grand Paris attribuait la concession de la construction de la piscine olympique au groupement Bouygues-Dalkia-Récréa. Deux mois plus tard, ce projet pourrait boire la tasse. Ancien Monsieur JO 2024, Jean Castex, nommé depuis Premier Ministre, va y jeter un œil tout particulier. Idem pour Patrick Ollier, réélu hier à la surprise générale à la présidence de la Métropole du Grand Paris (MGP). La portée symbolique de l’ouvrage est très forte. La piscine olympique, devant accueillir les épreuves de water-polo, de plongeon et de natation artistique, est en effet l’un des deux seuls sites pérennes à construire pour les Jeux parisiens. La décision prise par le juge pourrait avoir un goût chloré.

A contre-courant

D’après nos informations, les architectes hollandais du projet non retenu (Vinci-Engie-UCPA) ont  porté l’affaire devant les juges, persuadés que le cahier des charges lors de l’attribution n’a pas été respecté.

à voir aussi Paris 2024 - La piscine olympique en plein remous Paris 2024 - La piscine olympique en plein remous

Le cabinet hollandais MVRDV est une référence architecturale à travers le monde. Sur la page de garde de son site internet, une phrase "We create happy & adventurous places". Paradoxe, leur action visant à déconstruire un contrat d’attribution qui leur a échappé ne remplit pas vraiment de bonheur la SOLIDEO (Société de livraison des ouvrages olympiques). Une démarche autonome, à laquelle ne s’associerait pas Vinci, qui les avait mandatés pour effectuer les plans de l’enceinte aquatique, selon le Préfet Paul Mourier, Directeur Général des Services de la Métropole du Grand Paris, qui nous a par ailleurs précisé que "d’ici l’audience, il peut se passer des choses". Se voulant transparent, il ajoute également avoir rencontré les plaignants : "J’ai échangé à deux reprises avec MVRDV, j’ai même rencontré longuement Winy Maas le fondateur il y a quelques jours, je lui ai donné toutes les infos. Je comprends sa (leur) déception." Pour l’instant, du côté de la MGP on se dit très "sereins" un terme que notre interlocuteur nous a répété plusieurs fois au sein de la conversation, sans que l’on sache vraiment si c’était la réalité ou de la méthode Coué.

Le grand bleu ou la tasse ?

Tous les marchés liés aux JO de Paris 2024 se font en partenariat avec l’agence anticorruption. Cette dernière nous a d'ailleurs précisé que "l’AFA conseille sur la mise en oeuvre des dispositifs de prévention de l'anticorruption, elle en contrôle l’existence et l’efficacité, ce qui peut la conduire à s’assurer, par sondage, de la mise en oeuvre effective de ces mesures dans la passation de tel ou tel marché. Elle n’assure en aucune manière le contrôle exhaustif de la régularité des marchés passés.

Concernant l’attribution de la concession de la piscine, il n’y a pas eu ni plus ni moins d’attention que sur les autres dossiers. La MGP nous précise que l’appel n’est pas suspensif mais que pour l’instant le contrat avec Bouygues n’est pas signé. Il y a donc du retard à l’allumage problème, la crise du coronavirus a déjà bloqué l’évolution du projet et plus que jamais le temps presse. Coïncidence ou pas, Tony Estanguet a évoqué hier "la possibilité de recourir à des sites temporaires (…) là où l’on pourrait éventuellement dégager des marges de manœuvre". On ne sait pas si le Président de Paris 2024 pensait à la piscine. Le hasard du calendrier a voulu que Thomas Bach soit en visite à Paris pendant deux jours. Dans l’Equipe, le patron du CIO affirme que lors de son entretien avec Emmanuel Macron, il a eu "la confirmation que de plus en plus de gouvernements vont introduire le sport dans leur programme de relance économique.

Thomas Bach, Tony Estanguet, Cyril Mourin, le président Emmanuel Macron et Alice Rufo, lors d'une réunion à l'Elysée pour Paris-2024, le 8 juillet 2020
Thomas Bach, Tony Estanguet, Cyril Mourin, le président Emmanuel Macron et Alice Rufo, lors d'une réunion à l'Elysée pour Paris-2024, le 8 juillet 2020 © AFP

Alors que pas mal d’interrogations demeurent sur les JO de Tokyo et que la conjoncture pour Paris n’est pas au beau fixe, une décision remettant en cause la conduite de la procédure d’attribution de la concession de la piscine olympique serait un très mauvais message pour Paris 2024 et plus globalement pour le mouvement olympique. Ce 13 juillet, c’est bien plus que la construction d’une simple piscine qui est en jeu.

Alexandre Boyon boyonalexandre