Camille Muffat
Camille Muffat avait hâte de rentrer en compétition à Chartres | ALAIN JOCARD / AFP

Muffat enfin dans le bain

Publié le , modifié le

Deux jours à regarder les autres nager, ça suffit. Dans le bassin d’entraînement et devant sa télé, Camille Muffat rongeait son frein. Pour son entrée en lice aux Championnats d’Europe samedi matin, la Française a réussi un 400 m parfait en 4.01. Meilleur temps des séries, elle veut le titre et pourquoi pas le record du monde.

Jusqu’au bout elle aura attendu de plonger dans cet Euro à domicile. Appelée à nager dans la dernière série du 400m, Camille Muffat ne tournait pas en rond mais presque. « Je n’ai pas l’habitude de rentrer si tard dans la compétition même si j’ai eu juste un relai, avoue-elle. C’était un peu long de voir que certains ont eu le temps de finir et moi de ne pas commencer. Il faut être habitué à tout. » Depuis jeudi, la championne olympique du 400 m n’a « pas fait grand-chose ». « Je me suis entraîné et j’ai regardé les finales sur la télé dans notre coin récup puis je rentrais. Il vaut mieux nager que ne pas nager. »

"La course que je voulais"

Le moment enfin venu, Muffat a fait le job avec une maîtrise parfaite. Tout en confiance et sérénité. « C’est un peu tôt, il faut se réveiller mais ça va, j’ai fait la course que je voulais faire. J’ai vu qu’avant il y avait plusieurs filles en 4.04 donc il ne fallait pas dépasser ce temps là. Je voulais être en 4.01 ou 4.02. C’est réussi. » Malgré ce bon chrono, la Française garde les pieds sur terre. Entre la course à l’or et la chasse au chrono, il y a des priorités. « Ce soir j’aimerais bien faire mon meilleur temps. Le record du monde ce serait bien même si ce n’est pas l’objectif premier. Je veux d’abord gagner, confie-t-elle. Une fois que ce sera acquis dans la course, j’essaierai d’aller chercher autre chose. Muffat a de la marge sur ses rivales mais elle refuse de se laisser aller à une série trop facile. La vérité du matin n’est jamais celle du soir. « Je ne me fie plus aux sensations, explique la Française. Quand je suis fatiguée je nage vite. Quand je suis trop fraîche ça ne va pas. » Et quand on est impatiente de commencer, on bat le record du monde ?