Muffat brille, Manaudou s'accroche

Muffat brille, Manaudou s'accroche

Publié le , modifié le

Camille Muffat a brillé tout au long des Championnats des Etats-Unis à Atlanta où elle a été la seule nageuse à décrocher trois titres alors que Laure Manaudou, à la peine sur ses courses, s'est accrochée pour ne pas se laisser envahir par la déception. Yannick Agnel a terminé 2e du 100 m libre (48.87) après s'être imposé ce week-end sur 200 m et 400 m libre, et Sébastien Rouault a gagné le 1500 m libre (15:12.22). Bilan pour les Français: 6 titres sur le sol US.

"C'est un très bon bilan dans cette compétition très relevée, à ce moment  de la saison. Les Français ont fait bonne figure. On doit repartir avec de  l'enthousiasme. C'est un moment important de la saison mais le moment dont tout  le monde se souviendra c'est cet été à Londres (JO 2012)", a commenté le  directeur de l'équipe de France Lionel Horter. Pour aller à Londres, il faudra passer par les Championnats de France  qualificatifs pour l'événement planétaire (18 au 25 mars à Dunkerque).

Muffat déjà performante

Avant, ce premier test aux Etats-Unis pur valider une partie du premier travail réaliser. Muffat est sur la bonne route. Elle s'est  offert trois titres inédits et peu ordinaires pour une Française. Depuis jeudi,  elle a enlevé le 400 m libre, puis le 200 m libre et enfin, dimanche le 800 m libre. Avec à la clé de très bons chronos pour la crawleuse malgré la fatigue d'un stage intensif de 2 semaines. Ce triplé à la.... Manaudou atteste de la nouvelle dimension prise par cette grande niçoise de 22 ans depuis sont titre mondiale en petit bassin à Dubaï l'an passé sur le 200 libre et ses deux médailles bronze mondiales à Shanghai cette année sur 200 et 400.

Sur la dernière épreuve 800 m, elle a même signé son meilleur temps (8:25.70), à 3 secondes de  l'Américaine Wendy Trott (8:28.40). "J'en espérais pas tant. 3 médailles d'or c'est bien. Avant de venir, on se  disait qu'on allait se faire mettre une grosse tôlée, qu'on allait être  ridicule mais finalement on s'en est bien sorti", s'est réjoui Muffat, très applaudie à sa sortie du bassin.  

Manaudou à l'ordinaire

A l'inverse de la Niçoise, légère et confiante, Manaudou a été en difficultés. Elle a terminé la compétition par une 20e place sur 200 m dos  (2:17.23). Rien de scandaleux pour une nageuse qui a stoppé net sa carrière pendant deux ans et eu un petite fille. La concurrence a monté d'un cran et la nageuse doit retrouver la caisse physique qui faisait sa force lors de ses titres mondiaux et olympiques. "Elle paie cet arrêt de deux années face à des nageuses qui sont  automatisées par rapport à la performance en compétition. Elle doit maintenant  l'accepter, l'affronter et le prendre à bras de corps pour monter son niveau  progressivement", a souligné Horter. 

"Il serait important pour elle avant les sélections d'arriver à faire des  perf qui nourrissent une confiance et qui lui permettent d'arriver avec des  repères et une certitude. C'est très important pour tout le monde et en  particulier pour elle", a-t-il conclu. En bref, le plus du commence pour une nageuse qui veut retrouver l'équipe de France et des sensations.

Les garçons s'illustrent

Du coté des costaud, il y a eu du positif avec la victoire de Sébastien Rouault sur 1500 m libre: "C'est une belle manière de finir la compétition. Il y a  quelques performances françaises qui ont peut-être impressionné les Américains. Ensuite, ils ont vachement confiance en eux, ils ne vont pas regarder derrière les petits Français. Par contre nous, il faut qu'on s'en serve pour se dire  qu'on est dans le tempo pour faire des beaux Jeux cet été."

Même son de cloche du côté de Yannick Agnel, 2e sur 100 m libre: "Faire moins de 49 à ce moment  là de la saison, c'est bien. Je suis tombé sur Nathan Adrian (1er) en grande  forme. J'ai du prendre ma planche de surf pour contrôler les vagues ! Le fait  de se montrer aux Etats-Unis et de marquer les esprits chez les Américains ça  peut servir aussi. On voit que vers la fin de la compétition, il y a plus de  gens qui me félicitent, qui disent bonjour et qu'on ne connaît pas." A priori, ce n'est qu'un début.

Mathieu Baratas