Camille Lacourt - kazan 2015
Camille Lacourt (Champion du monde du 50m dos) | AFP - CHRISTOPHE SIMON

Mondiaux de Kazan : Lacourt, 50 mètres d'or

Publié le , modifié le

Camille Lacourt a remporté son 3e titre mondial en s'imposant sur le 50m dos en devançant l'Américain Grevers et l'Australien Treffers. En 24'23, le "golden boy" de la natation tricolore s'est fendu de la meilleure performance mondiale de la saison (24'23). Dans les autres courses du jour, l'Australienne Bronte Campbell a confirmé qu'elle était la reine du sprint de ces championnats du monde en remportant l'or sur 50m après avoir triophé sur 100m. Enfin, sur 1500m, le forfait du Chinois Sun Yang a laissé la place à de nombreuses questions.

Le doute n'aura duré que quelques secondes. L'espace d'un temps de réaction un peu plus lent que d'habitude. Mais, dès la coulée et la reprise de nage, Camille Lacourt avait déjà retrouvé sa place : la première. Avec ses mouvements de bras d'une fréquence et d'une fluidité incroyables, le Français se détachait irrésistiblement de la meute pour toucher en 24'23, loin, très loin devant l'Américain Matt Grevers, 2e en 24'61, et l'Australien Ben Treffers, 3e en 24'69. Au terme d'une course parfaitement maîtrisée, il est devenu le premier champion du monde français, chez les hommes, à conserver son titre mondial. Seule Laure Manaudou avait réussi un tel exploit sur 400 m libre  (2005, 2007).

La finale du 50m dos en vidéo : 

Déjà médaillé d'argent sur 100m dos en début de semaine derrière Mitchell Larkin, 4e ce dimanche, Lacourt boucle de la plus belle des manières ses Mondiaux, ceux de la rédemption. Donné perdu ou presque pour le plus haut niveau il y a un an et demi, le Phoénix a su renaître de ses cendres pour décrocher son troisième titre mondial en individuel. Après une année 2014 blanche en raison d'une tumeur bénigne à une hanche, Lacourt, star dans les bassins et en dehors depuis son triplé en or aux Championnats d'Europe 2010 de Budapest, confirme ainsi son grand retour parmi les tous meilleurs dossistes de la planète. Une place qu'il n'aurait jamais dû quitter. 

La réaction de Lacourt après sa victoire : 

Camille Lacourt n'a pas été le seul héros du jour. Bronte Campbell a réalise un magnifique doublé  50-100 m nage libre en s'imposant sur l'aller devant la Néerlandaise Ranomi Kromowidjojo, 2e en  24'22, et la Suédoise Sarah Sjostrom, 3e en 24'31. Seule déception pour l'Australienne, la 4e place de sa soeur Cate. Sur la même distance, mais en brasse, la Suédoise Jennie Johansson est  devenue championne du monde à la surprise générale, en s'imposant en 30'05 devant la Jamaïcaine Alia Atkinson (30'11) et la Russe Yuliya Efimova (30'13).

Sun s'éclipse

Coup de tonnerre sur la finale du 1500m : Sun Yang, grand favori de l'épreuve et désigné meilleur nageur de ces Mondiaux, ne s'est pas présenté au départ ! Le Chinois, qui était pourtant là lors de l'échauffement, a subitement disparu, laissant la place à de nombreuses interrogations. L'Italien Gregorio Paltrinieri, vice-champion du monde du 800 m libre derrière Sun Yang justement, a profité du forfait totalement inattendu de ce dernier pour donner, en 14'39''67, à l'Italie son premier titre dans ces Mondiaux.  

Sun, qui visait à Kazan le quadruplé 200-400-800-1500 m libre, avait pris l'or sur 400 et 800, mais n'avait terminé que deuxième du 200 m, derrière le  Britannique James Guy. Il semblerait, selon les premières informations, que le Chinois aurait souffert d'un problème cardiaque juste avant le départ de cette finale. En 2014, il avait fait l'objet d'un contrôle antidopage positif à l'issue duquel il avait été suspendu trois mois dans le plus grand secret. 

Julien Lamotte