Aurélie Muller
La Française Aurélie Muller, sur la plus haute marche du podium du 10km | SIPA - SERGEI GRITS

Aurélie Muller championne du monde du 10km eau libre

Publié le , modifié le

La Française Aurélie Muller est devenue championne du monde du 10km en eau libre à Kazan en Russie. La Française de 25 ans a parcouru la distance olympique en 1h58'03''4 et a distancé la championne d'Europe en titre, la Néerlandaise Sharon van den Rouwendaal (1h58'06''7) et la Brésilienne Ana Marcela Cunha (1h58'26''5). Avec ce titre, Aurélie Muller décroche son billet pour les Jeux Olympiques de Rio l'année prochaine.

Quatre ans après l'argent à Shanghai, Aurélie Muller a obtenu l'or. La Française de 25 ans avait échoué à une marche du sacre mondial en Chine. En Russie, elle a pris une revanche éclatante. La France grâce à la nageuse de Sarreguemines obtient son premier titre mondial en eau libre, un an après le titre européen d'Axel Raymond. Entraînée par Philippe Lucas, l'ancien mentor de Laure Manaudou, après 10 années passées sous les conseils et les directives d'Olivier Antoine, elle a dominée sa camarade de bassin à Narbonne, la Néerlandaise Sharon van den Rouwendaal. La Française, dans une eau à 22 degrés, qui lui convient bien, a pris les devants à 2,5 km de l'arrivée. Une première place qu'elle a gardée jusqu'au bout pour apporter le premier titre au clan français lors de ses Mondiaux de Kazan.

"C'était une course complètement folle!", a lancé la nageuse, qui a éclaté en sanglots après avoir parlé au téléphone à ses proches. Une émotion forte pour Muller qui a vécu l'année la plus difficile de sa carrière. En septembre, elle est partie au Canada pour travailler avec un coach de renom, Ron Jack. "Ron a été super avec moi, il m'a apporté beaucoup mais en termes d'entraînements ça ne me convenait pas du tout", raconte-t-elle à l'AFP. En février elle a pris ses quartiers avec Lucas. "Je suis vraiment très contente d'être avec Philippe aujourd'hui. J'en ai vraiment 'chié' mais c'était dans 'l'éclate'. Il m'a surtout rendue forte mentalement", souligne la jeune femme blonde. "Il m'a fait confiance. J'ai vraiment travaillé comme une dingue. Il a cru en tout ce que je pouvais faire et aujourd'hui je suis championne du monde", ajoute l'athlète qui a franchi un cap mental important, à un an des JO de Rio où elle sera la favorite.

Elle y retrouvera sa compère d'entraînement, van Rouwendaal, qui a tenu à remercier son coach Lucas, "un très grand entraîneur". La Néerlandaise n'en a pas fini avec Kazan, alors qu'elle prendra part à trois épreuves en bassin la semaine prochaine (400 m, 800 m, 1.500 m en nage libre). Sur la rivière Kazanka, deux Brésiliennes ont assuré leur qualification pour les JO à la maison: Ana Marcela Cunha, en décrochant le bronze (1:58:26.5), et Poliana Okimoto Cintra, 6e (1:58:28.8) et déchue de son titre mondiale. La championne olympique en titre, la Hongroise Eva Risztov, a empoché le 10e et dernier sésame olympique délivré mardi (1:58:36.4).