Laure Manaudou
Laure Manaudou a fait forte impression lors de son retour à Athens | AFP - REMY GABALDA

Manaudou : "Les JO ? C'est vrai que j'y pense"

Publié le , modifié le

Dans un long entretien accordé au quotidien L'Equipe, Laure Manaudou a tiré un premier bilan de son retour à la compétition, à Athens (Géorgie). Satisfaite, elle avoue ne pas avoir de "bonnes sensations" dans l'eau. Si ses chronos encore loin de ceux des meilleures nageuses, elle se replace directement en haut de la hiérarchie française sur 50m nage libre et 100m de dos. De quoi l'inciter à redoubler d'effort en vue des JO de Londres ? "J'y pense" reconnait-elle.

Changement d'entraîneur, changement d'attitude face aux médias et des ambitions à la hausse. Laure Manaudou a revu sa copie depuis qu'elle a repris sérieusement l'entraînement à Auburn, aux États-Unis. Une méthode de travail qui semble convenir à la jeune maman de 25 ans, qui parvient à enchaîner les chronos convaincants et préserver sa vie de famille."Je nage la moitié de ce que je faisais avant (ndlr : du temps de sa collaboration avec Philippe Lucas) mais les chronos sont là. Je passe moins de temps à la piscine et plus avec ma famille" partage t-elle lors d'un entretien publié ce mardi dans L'Equipe.

Elle avait annoncé son retour à la compétition fin juin, à l'occasion de l'Open EDF et avait réveillé l'intérêt de toute la presse spécialisée. Du fait de son palmarès impressionnant (championne olympique à Athènes en 2004  du 400m, championne du monde 2007) les attentes autour d'elle étaient énormes avant ses quatre jours de compétition en Géorgie. Elle n'a pas déçu. Après deux ans et demi hors des bassins, la nageuse française la plus titrée de l'histoire a effectué un retour prometteur, à Athens. Si l'opposition dans les bassins était à sa portée, elle a réalisé des chronos qui la situe au sommet de la natation française. Ses temps sur le 50 m nage libre, nouveau record personnel en 25"84, et le 100m dos en 1'1"12, sont les meilleurs temps tricolores de la saison. Pas mal pour un retour aux affaires ! Cependant, la fiancée de Frédéric Bousquet admet ne pas avoir encore de "bonnes sensations." "Je sens que je mouline mais que je n'attrape pas l'eau.  Avec Philippe Lucas (ndlr : son ancien entraîneur) c'était tellement facile, je glissais."

Manaudou  : "Aux États-Unis je me sens bien, personne ne me connait"

Malgré son perfectionnisme, ses temps lui permettent de regarder plus loin... Vers les Jeux Olympiques de Londres de 2012. "Quand j'ai annoncé mon retour, je ne voulais pas m'avancer parce-que je ne savais pas ce qui allait se passer ce week-end. J'aurais pu être à 20 secondes de mes meilleurs temps. Mais c'est vrai que là j'y pense. Il y aura les minima à faire. Sur 100m dos, je n'aurais pas réussi à me qualifier pour les "Monde" à Shanghai. Mais je pense qu'avec du travail..."

Ce retour convaincant s'explique par un long travail de reconstruction. Outre-atlantique, elle profite de son anonymat pour s'aérer l'esprit et se concentrer sur ses entraînements. "Aux États-Unis, je me sens bien, je me sens bien, personne ne me connait" confie t-elle.  Mais loin d'elle l'idée de snober les médias françaiss, la nouvelle Laure Manaudou ne veut plus "fuir comme (elle) le faisait avant". "Je n'ai pas envie de paraître arrogante, capricieuse ou méchante... Il faut que j’apprenne à gérer les médias." Une gestion nouvelle afin de laisser une bonne image d'elle, notamment à sa fille de 15 mois, Manon : "Je veux que Manon me voit comme je suis et pas qu'on lui dise +Oh là, là. Ta maman, elle était chiante....+"