Laure Manaudou
Laure Manaudou | AFP - FRANCOIS GUILLOT

Manaudou : "J'ai perdu 10 ans"

Publié le , modifié le

Laure Manaudou, retraitée des bassins depuis plusieurs mois, a estimé mardi, en marge du lancement à Paris de sa ligne de maillots de bain avec la société Topsec, avoir "perdu dix ans", mais a la volonté de "vite les rattraper". L'ancienne gloire de la natation française, championne olympique en 2004, a confié dans un entretien à l'AFP qu'elle "commençait vraiment à s'éclater à 26 ans".

Q: Est-ce une nouvelle vie qui commence ?
R: "Oui, une nouvelle vie qui commence en dehors de la natation. C'est un  plaisir de faire quelque chose qui me correspond. J'aime bien créer, avoir des  idées et pas forcément que dans les maillots de bain. Je travaille aussi sur  une ligne de bijoux. Il y a pas mal de choses qui commencent à se développer  mais je veux prendre mon temps pour bien les faire."
   
Q: A quoi ressemble votre nouvelle vie ?
R: "Avant je ne sortais pas, même pas au resto d'ailleurs. Ne plus être  dans le monde de la natation m'a forcée à me faire des copines autres que  nageuses. Du coup je me demande comment je faisais pour ne rien faire avant! Je  profite vraiment. Quand je rentre le soir chez moi, je ne suis pas bien parce  qu'il faut que je sorte et que je vois du monde. Je ne vais pas dire que je me  comporte comme une adolescente mais je commence vraiment à m'éclater à 26 ans.  J'ai perdu 10 ans mais je vais vite les rattraper."
   
Q: Donc, pas de regret d'avoir mis un terme à votre carrière ?
R: "Je savais qu'il fallait que je m'arrête et j'ai choisi le bon moment.  Même si quelque part j'avais envie aussi de continuer. Mais je n'avais pas  envie de terminer 8e à Barcelone (Mondiaux-2013) et arrêter là-dessus. Je  continuerai à aller voir les compét' mais m'arrêter sur une compét' en France  (l'Euro-2012 à Chartres, ndlr) a été le bon choix."
   
Q: Avez-vous toujours des réflexes comme vous réveiller à 6 heures pour  aller vous entraîner ?
R: "Non... Les réflexes pour aller nager je ne les ai jamais eus! Quand je  retourne à la piscine pour voir le groupe nager, je me dis que je suis bien  contente d'avoir arrêté. On ne se rend pas compte de la vie qu'il y a à côté.  Moi je ne pourrais plus retourner là-dedans! Je ne pourrais plus n'être que  là-dedans."
   
Q: Êtes-vous heureuse à Marseille ?
R: "C'est vrai que j'ai la belle vie. J'ai la chance de ne pas avoir à me  lever tous les matins pour aller travailler dans un bureau et Marseille est une  belle ville. Ça m'avait un peu choquée quand j'étais arrivée en 2008 parce que  les gens me tutoyaient facilement. J'étais à eux en fait. Mais maintenant, tout  se passe bien. Ma fille commence à avoir l'accent marseillais à cause de la  nounou! C'est mignon quand c'est petit après j'espère qu'elle ne l'aura pas  trop!"
   
Q: Marseille c'est aussi là où vit votre frère Florent. Vous semblez de  plus en plus proche de lui...
R: "Quand je suis partie de chez mes parents, j'avais 14 ans et lui 10. On  ne s'est pas beaucoup parlé pendant un moment et maintenant qu'il est à  Marseille, on se voit tous les jours. Je le regarde aujourd'hui avec le même  regard qu'il a eu sur moi. Je vois la fierté qu'il a eue quand j'ai gagné  toutes mes médailles et je suis aussi fière de lui que lui l'a été de moi. Et  mon grand frère (Nicolas) va sûrement descendre dans le sud aussi, à  Aix-en-Provence. C'est une super nouvelle. Ça nous permettrait d'être tous les  trois."

Propos recueillis par Sabine COLPART

AFP