Stéphanie Rice et Jessicah Schipper
Deux des leaders de la natation australienne, Stéphane Rice (à gauche) et Jessicah Schipper (à droite) | AFP - DAVID MARIUZ

Les Australiens mécontents de leurs combinaisons

Publié le , modifié le

Les combinaisons en polyuréthane ont disparu, mais le sujet reste toujours présent. Les nageurs australiens semblent mécontents de la nouvelle combinaison de l'équipementier Speedo, et certains pourraient conserver l'ancienne, ou même celle de leur propre équipementier, à Londres pour les JO. "Je crois qu'il n'y a que deux personnes dans l'équipe qui sont contentes de la combinaison Speedo pour le moment", a constaté Bronte Campbell dans le Sydney Morning Herald.

Comme d'habitude, l'Australie sera une nation très forte de la natation mondiale. Et pour éviter de rater une belle moisson de médailles en raison de contingences personnelles, le Comité olympique australien a déjà accepté que beaucoup de ses nageurs ne portent pas la combinaison de l'équipementier officiel, Speed. Car ils sont nombreux à se montrer mécontents de la Elite Fastkin Pro. "Je crois qu'il n'y a que deux personnes dans l'équipe qui sont contentes de la combinaison Speedo pour le moment", a constaté Bronte Campbell dans le Sydney Morning Herald. "La plupart des membres de l'équipe se sentent mieux avec l'ancienne combinaison Speedo et pourraient envisager de porter celle-ci".

Les soeurs Bronte, qui sont sous contrat avec Adidas, porteront une tenue de leur équipementier, sans logo apparent, à Londres. Elles font partie des 32 athlètes ayant déjà formulé et obtenu une dérogation auprès du Comité olympique australien. Jessicah Schipper, championne olympique à Pékin avec le relais 4x100 m 4 nages a également indiqué sa préférence pour la tenue de son sponsor. "Ce n'est pas officiel, mais j'espère porter ma combinaison Adidas aux JO", a confié la nageuse au Sydney Morning Herald. "J'ai essayé (la combinaison Speedo), mais elle ne convient pas aussi bien à mon corps que celles conçues spécialement pour moi et je veux nager avec ce qui me convient le mieux."

Du côté de la marque, on espère ne pas voir la majorité des Australiens avec une combinaison concurrente, même avec le logo masqué, et on continue donc de travailler "fournir aux nageurs des combinaisons leur permettant de se sentir bien et d'être le plus compétitifs possible durant les JO-2012". Deux ans après la disparition des combinaisons intégrales en polyuréthane, la "deuxième peau" fait toujours parler d'elle.