Le préfet de Paris annonce finalement la fermeture des piscines à Paris, sauf pour les mineurs

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Piscine

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Alors que les piscines parisiennes avaient obtenu leur ouverture à tout public le 25 septembre dernier, le préfet de Paris Didier Lallement a finalement annoncé ce lundi la fermeture des établissements aquatiques dans la capitale parmi une liste de nouvelles mesures visant à limiter la propagation de la Covid-19.

A chaque semaine suffit sa mesure. Alors que la situation des piscines dans Paris avait déjà provoqué une véritable cacophonie ces dernières semaines, les voilà de nouveau contraintes de revoir leur plan. Un arrêté préfectoral a été pris ce lundi pour mettre en place de nouvelles directives dans la capitale afin de lutter contre le coronavirus dont la situation reste préoccupante dans le 75 et sa petite couronne. Parmi ces annonces, effectives pour les deux prochaines semaines, les piscines devront désormais être fermées au public, à l'exception des mineurs "dans un cadre scolaire, associatif ou privé" a précisé le préfet de Paris Didier Lallement durant une conférence de presse. "L'idée étant de permettre aux enfants, et aux jeunes adolescents de pouvoir continuer à pratiquer un sport ou toute autre activité dans ces locaux."

C'est un nouveau revirement dans une situation déjà tout sauf claire comme de l'eau de roche. Les piscines ont été intégrées lundi aux mesures globales sur les ouvertures d'équipements sportifs – dont les salles de fitness - dans Paris, désormais placé en "alerte maximale" par les autorités. "Les gymnases, salles polyvalentes et piscines seront fermées à tout type d'activité" exception faite donc des enfants a annoncé Didier Lallement. Le 23 septembre dernier, les piscines avaient été listées comme lieux interdits à l'ouverture par le Ministre de la santé Olivier Véran, une version confirmée le lendemain par le Premier Ministre Jean Castex sur le plateau de l'émission de France 2 "Vous avez la parole", mais à demi-mots. Ces décisions sont en réalité à la discrétion des préfectures, et non un ordre pris à l'échelle nationale par le gouvernement.

 

La jauge des 1000 spectateurs maintenue

La semaine passée, les piscines de la capitale étaient ainsi restées ouvertes à l'ensemble du public, "dans les conditions habituelles" expliquait alors la préfecture dans son arrêté du 25 septembre, alors que d'autres villes importantes de l'Hexagone (Lyon, Lille, etc…) avaient vu l'ensemble du parc sportif être fermé. Mais cette autorisation de quelques jours aura finalement été de courte durée, et Didier Lallement a donc sifflé la fin de la baignade ce lundi matin. 

Le préfet de Paris a par ailleurs maintenu la jauge de 1000 spectateurs pour les événements publics en plein air, comme le tournoi de Roland-Garros ou les rencontres de football et de rugby. "Tous les équipements de plein air pourront rester ouverts à condition de rassembler moins de 1 000 personnes ou 50 % de leur capacité maximale si elle est inférieure à ce chiffre de 1 000 personnes", a détaillé le préfet. Tous les équipements en plein air, "stades et terrains d'entraînement physique" restent pour leur part ouverts.