Laure Manaudou sur le podium
Laure Manaudou sur le podium avec sa fille Manon | ERIC FEFERBERG / AFP

Laure retrouvée

Publié le , modifié le

Après quatre années de disette, Laure Manaudou a renoué avec la Marseillaise. La Française a été sacrée championne d’Europe du 50 m dos à Chartres. Avec un chrono de 26 sec 78/100e, la championne olympique 2004 a devancé la Croate Sanja Jovanovic, 2e en 26 sec 84/100e, et la Tchèque Simona Baumrtova, 3e en 26 sec 97/100e. Un titre obtenu pour le plaisir. Son futur dans les bassins se décidera lui autour de Noël.

Quelques minutes après le sacre et le record du monde de sa descendante Camille Muffat sur son ancienne discipline de prédilection (400 m nage libre), Laure Manaudou a prouvé qu’elle avait encore un présent dans la natation française. Plus dans des courses exigeantes comme le 400 ou le 200 mais sur le dos où sa fluidité fait encore merveille. « Je sais que Camille était plus forte que moi. Je préfère regarder, ça fait moins mal. Je prends beaucoup plus de plaisir à nager en dos contre des jeunes. » Les jeunes en question ont vue Manaudou …de dos. En finale du 50 m, la Française est partie la plus vite (temps de réaction 0.59). Toujours un temps d’avance, elle a plié l’affaire en 26.78. « Mon but était de gagner. Avec mon temps en demi-finale, je m’étais dit que ce n’est pas possible que je ne gagne pas, révèle-t-elle. Mais on n’est jamais à l’abri d’un départ raté ou d’un virage trop loin comme ça m’est déjà arrivé. J’aurai pu aller encore plus vite mais ça m’a permis de gagner et c’est le principal. »

"Je me contente de ça"

Quatre années après son dernier titre (200 m dos à Eindhoven en 2008), Laure Manaudou savoure son retour au sommet même s’il n’est que continental. « Quand on a gagné et qu’on se retrouve en bas, forcément ça manque, avoue la championne olympique du 400 m en 2004. Je suis contente d’avoir retrouvé ça. C’est qu’un titre de championne d’Europe en petit bassin, pas un championnat du monde mais je me contente de ça. » Manaudou s’en contente car sa récompense est aussi venue d’un public en transe pendant sa course et à l’annonce des résultats. « Vivre ça en France, ça ne m’était jamais arrivé. Je suis contente de le vivre ici avec mes parents et ma famille dans le public. On espère toujours que les gens sont derrière nous mais on ne sait jamais. J’ai vraiment profité de ce moment là. Je suis resté longtemps dans le bassin pour les entendre crier et applaudir. C’était énorme. »

Une décision à Noël

Ces émotions vont-elles faire réfléchir Laure Manaudou sur son avenir ? A chaud, la nageuse de Marseille ne veut pas choisir. Histoire de ne pas se tromper de choix. « J’avais prévu de prendre ma décision après ces championnats. Je n’ai pas envie de me précipiter, explique Manaudou. Il faut réfléchir à la vie professionnelle et familiale. J’ai besoin de discuter avec mes proches. Je vais me laisser un petit temps de réflexion jusqu’aux vacances Noël. Ça va me permettre de peser le pour et le contre et ne pas regretter la décision que je prendrai. Je vais profiter de la dernière journée et du relais quatre nages. » Une dernière ovation dimanche fera peut-être peser la balance du côté d’une poursuite de sa carrière. A moins qu’elle ne décide de rester sur une note positive après des années de remous.