Laure Manaudou sur le podium
Laure Manaudou sur le podium avec sa fille Manon | ERIC FEFERBERG / AFP

La probable retraite de Laure Manaudou se précise, réponse mercredi

Publié le , modifié le

Laure Manaudou, première championne olympique féminine de la natation française, mettra fin au suspense sur la suite de sa carrière, mercredi au Grand Journal de Canal Plus, après des mois de spéculations sur sa probable retraite définitive des bassins à 26 ans.

Voir la video

"Manaudou, cette fois c'est fini!", titre le Journal du dimanche, qui  utilise néanmoins le conditionnel dans le corps de son article où aucune source  n'est mentionnée. L'agent de la première championne olympique féminine de la natation  française, Jean-François Salessy, a pour sa part simplement confirmé à l'AFP  que la nageuse, également triple championne du monde, ferait une annonce sur la  suite de sa carrière mercredi dans l'émission de Canal Plus.  La chaîne, contactée par l'AFP, a confirmé la présence de Manaudou dans la  deuxième partie de l'émission du Grand Journal, entre 20h30 et 20h50. La retraite est l'option la plus probable. Fin octobre, Laure Manaudou  avait déclaré qu'elle allait "sans doute arrêter après les Championnats  d'Europe" en petit bassin un mois plus tard à Chartres.  

Championne à 17 ans

Après son sacre européen sur 50 m dos fin novembre, son premier titre  international depuis quatre ans et demi, elle s'était cependant laissé "un  petit temps de réflexion, jusqu'aux vacances de Noël" pour décider de son  avenir.  "Il reste 1% de chance qu'elle continue", avait néanmoins alors estimé son  entraîneur Romain Barnier.  Après son fiasco aux JO-2008, la championne aux sept records du monde avait  déjà interrompu sa carrière de 2009 à 2011, le temps de donner naissance à sa  fille Manon, dont le père est un autre grand nageur français, Frédérick  Bousquet.

Elle avait fait son retour dans les bassins en 2011 afin de vivre les JO de  Londres, avec son frère Florent, sacré champion olympique sur 50 m nage libre  en août dernier. Elle n'avait pas passé le cap des séries, mais la natation  n'était déjà plus sa priorité absolue. "La natation n'est qu'une partie de ma  vie et il y a autre chose après", avait-elle souligné. Depuis son sacre olympique à 17 ans en 2004 sur 400 m libre, sous la  houlette de l'intransigeant Philippe Lucas, qui l'avait repéré quatre ans plus  tôt à Ambérieu-en-Bugey (Ain), Laure Manaudou est devenue une star, dans les  bassins et en dehors.

119 médailles

La plus grande nageuse française a gagné trois titres de championne du  monde sur 400 m nage libre (2005, 2007) et 200 m nage libre (2007) et totalise  trois médailles olympiques, toutes remportées en 2004 (or sur le 400 m nage  libre, argent sur 800 m libre et bronze sur 100 m dos). Elle a décomplexé la natation française. Dans son sillage se sont  engouffrés Alain Bernard, champion olympique 2008, Yannick Agnel et Camille  Muffat, champions olympiques 2012, Camille Lacourt et Jérémy Stravius,  champions du monde 2011. Et enfin son frère, Florent, en passe de devenir à son  tour la coqueluche des Français. Au total, selon son site officiel, elle a remporté 119 médailles nationales  ou internationales, dont 81 titres.

Hors bassin, elle est l'une des très rares sportives françaises à faire la  Une de magazines en tout genre et a signé des contrats mirobolants de  sponsoring ou de publicité. Installée ces deux dernières années à Auburn (Etats-Unis), elle est revenue  vivre à Marseille fin juin 2012 avec Frédérick Bousquet et Manon. Professionnellement, elle élabore actuellement une ligne de maillots de  bien avec la société Topsec (distributeurs de maillots et lunettes).

AFP