Alain Bernard déception Budapest 08 2010
Alain Bernard | AFP - DANIEL MIHAILESCU

La natation française s'offre une polémique

Publié le , modifié le

Le relais 4x100 m nage libre français s'est embrasé jeudi après les propos de Camille Lacourt , goûtant peu les remarques d'Alain Bernard sur Yannick Agnel, le grand espoir de la natation tricolore qui envisage de faire l'impasse sur le relais aux Mondiaux dans un mois à Shanghai. Le champion olympique du 4x100 m a ensuite tenu à atténuer ses propos, les présentant comme des conseils et pas des injonctions.

C'est dans un contexte tendu que tous les protagonistes, nageurs et entraîneurs, se retrouvent samedi et dimanche à Paris lors de l'Open EDF, dernière compétition avant les Mondiaux (24-31 juillet), rendez-vous où la France n'a jamais été titrée en relais. A l'origine, les propos de Agnel, 19 ans, engagé en Chine sur 200 m et 400 m nage libre et les relais 4x100 m et 4x200 m libre, et qui a émis la possibilité de faire l'impasse sur le relais pour se consacrer à sa course, le 200 m libre. Agnel a alors ouvert le feu. Interrogé sur ce choix, Bernard, de toutes les campagnes du relais depuis la médaille d'argent aux JO-2008, a trouvé "aberrant" l'idée d'Agnel, estimant que ce n'était "pas une bonne décision" et qu'il devait y réfléchir. Jeudi, le triple champion d'Europe Lacourt , qui n'est pas engagé sur le relais, a volé au secours d'Agnel, fustigeant Bernard. "C'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité. Alain a eu des mots assez durs envers Yannick. Au lieu de balancer une allumette dans la paille, il vaut mieux en parler entre nous", a lancé le spécialiste du dos. 

Bernard calme le jeu

Trois heures plus tard, Bernard s'est dit étonné des remarques de Lacourt et a appelé à la raison. "Je tiens à ce qu'on fasse un point entre nous et pas par presse interposée. Un relais c'est une équipe. On doit en parler entre nous sinon il n'y a pas d'âme. Je n'ai rien à regretter. J'ai juste dit qu'il devait bien réfléchir. Je ne l'ai pas banni", a-t-il souligné. Le champion olympique du 100 m nage libre a déploré cette polémique alors que les Mondiaux ne sont que dans un mois et que les principaux acteurs ne se sont pas revus depuis leur sélection fin mars. "C'est dommage d'essayer de lancer des polémiques. C'est parti d'une phrase de Yannick. On m'a demandé mon avis. Je l'ai donné. Certains apprécient, d'autres pas. Je ne regrette pas. Je regrette que mon message ne soit pas passé de la façon dont je l'ai dit", a indiqué Bernard. Pour le triple médaillé des JO-2008, la balle est dans le camp de la Fédération, qui pour l'instant s'est contentée de dire: "les meilleurs seront dans l'équipe à Shanghai", par la voix du DTN, Christian Donzé. "La Fédération a un rôle important à jouer là-dessus", a remarqué Bernard.

Une position partagée par Romain Barnier, entraîneur de Lacourt , de Frédérick Bousquet, de Fabien Gilot et de William Meynard, tous trois engagés sur le relais. "C'est à Christian Donzé de trancher. C'est à lui de décider. Que veut-on faire ? Ce n'est pas la place des athlètes de dire +je fais ou je ne fais pas le relais+", a-t-il dit, pas mécontent de la polémique. "On a besoin de sérénité pour réussir les Championnats du monde. Un peu d'agitation ce week-end à l'EDF, c'est bon pour la natation ! Ca ne me gêne pas parce qu'il y a une forme de respect entre tous. Un peu d'agitation ce week-end et après retour au calme pour la préparation de Shanghai", a-t-il glissé.