Jérémy Stravius s'offre trois champions du monde sur 200m à Marseille

Jérémy Stravius s'offre trois champions du monde sur 200m à Marseille

Publié le , modifié le

A trois semaines des championnats de France à Montpellier, Jérémy Stravius a réalisé un 200m de gala, lors du Golden Tour de Marseille. Chez son rival sur 50 et 100m, Florent Manaudou (vainqueur tranquille du 50NL en 21"67), l'Amiénois a en effet remporté le 200m nage libre en 1'47"65, devant le champion du monde en titre, le B ritannique James Guy, Paul Biedermann, champion du monde en 2009, alors que Yannick Agnel, champion du monde en 2013 et champion olympique en 2012, a pris la 5e place.

Pour la première fois de la saison, Florent Manaudou, Jéréy Stravius et Yannick Agnel se retrouvaient tous trois engagés dans la même compétition. Depuis les championnats de France en petit bassin fin novembre à Angers, les trois pointures de l'équipe de France ne se sont pas affrontées dans un même bassin cette saison. A trois semaines des championnats de France, qualificatifs pour les Jeux Olympiques de Rio, ces retrouvailles pouvaient déjà donner de belles indications.

Quelques jours après avoir remporté le 200m du meeting de Chalon en 1'48"94, Yannick Agnel a cette fois pris la 5e place en 1'48"29. Assez loin du vainqueur, Jérémy Stravius, auteur d'un très bon 1'47"65 qui a surtout dominé le champion du monde en titre sur cette distance, le Britannique James Guy (1'47"67) ou encore le champion du monde 2009, l'Allemand Paul Biedermann (1'48"05).

Manaudou tranquille sur 50 avant la bataille du 100

Un peu après, sur 50m nage libre, Florent Manaudou n'a pas commis d'impair, en s'imposant en 21"67 devant Clément Mignon (22"24) et l'Italien Marco Orsi (22"40). Florent Manaudou devrait s'aligner dimanche sur 100m, pour sa dernière course avant les championnats de France. Le Marseillais va mettre ses 48"51 en danger face aux 48"75 réalisés par Jérémy Stravius lors de la même réunion d'Amiens, et aux 49"97 de Yannick Agnel, réalisés en Slovénie en janvier. Mais tous ces temps de référence ne sont pas importants. C'est dans trois semaines que cela comptera à Montpellier, avec à la clé, deux places par épreuve olympique.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze