Gilot et Bernard en patrons du 100m en séries

Gilot et Bernard en patrons du 100m en séries

Publié le , modifié le

Les très attendues séries du 100m nage libre des championnats de France à Dunkerque ont été dominées par deux hommes. Fabien Gilot, meilleur temps en 49"05, un souffle devant le champion olympique en titre, Alain Bernard (49"07). Derrière, Mallet (49"34), Lefert (49"41) devancent Leveaux (49"47) et Bousquet (49"49). Yannick Agnel ne réalise que le 8e temps de ses séries (49"72). Laure Manaudou a battu son propre record de France du 50m dos (28"16).

Les séries sont passées, et elles n'ont pas fait de dégâts. Sur 100m nage libre, ils sont nombreux à prétendre aux deux places qualificatives pour les Jeux Olympiques, car ils sont nombreux à pouvoir ramener une médaille de Londres. Et l'or est un objectif assumé. Pour rester en course, la msie à l'eau matinale ne pouvait pas être une promenade. Et si personne n'a forcé son talent, ça a déjà été assez vite.

Agnel émoussé

Premier à entrer dans le bassin de Dunkerque, Alain Bernard, avec à ses côtés Frédérick Bousquet, traditionnel rival du sprint, et Jérémy Stravius, désireux d'oublier sa non-qualification pour les JO sur 100m dos hier. L'Antibois n'a pas fait dans le détail, remportant sa série en 49"07, devant Bousquet (49"49) et Stravius (50"17). Juste après, c'est Fabien Gilot, double tenant du titre, qui se mettait à l'eau avec deux rivaux dangereux: Amaury Leveaux, de retour au sommet comme l'a prouvé sa qualification sur 200m hier, et Florent Manaudou, le jeune sprinteur qui monte. A l'arrivée, le Marseillais fait mieux que Bernard pour un souffle (49"05), réalisant le meilleur temps de la matinée, pour devancer l'élève de Philippe Lucas (49"47) et le frère de Laure (49"78). Et enfin, dans la dernière série matinale, c'est Yannick Agnel, champion de France du 200m hier, qui devait faire face à une belle bande d'outsiders bien décidés à venir brouiller les cartes. Et le Niçois n'a pris que la 4e place de la course, en 49"72, derrière Grégory Mallet (49"34), Camille Lefert (49"41) et William Meynard (49"51). Tous jouent donc dans un mouchoir, mais deux semblent un peu au-dessus. Reste qu'il ne s'agissait que de séries. La suite, ce sera à 18h, avec les demi-finales.

"C'était bien, dans le contrôle", a apprécié Gilot. "On verra cet après-midi et demain (jeudi) surtout (en finale). Je suis content, je fais ce que je veux." Même son de cloche pour son dauphin au temps: "Je suis plutôt content, je maîtrise bien la course", s'est félicité Bernard. "J'arrive à me relâcher sur la fin, c'est bon signe. Je sens que je suis capable de m'exprimer, ça fait du bien." Quant à Yannick Agnel, il s'est avoué un peu "émoussé" au lendemain de sa victoire sur 200m.

Manaudou bat son propre record de France

Après sa qualification olympique sur 400m 4 nages, Lara Grangeon a déjà bien pris ses marques lors des séries du 200m papillon, en réalisant le meilleur temps en 2'12"52, une seconde devant sa première rivale, Aurore Mongel (2'13"72). Sur 50m dos, Jérémy Stravius, double vice-champion de France, a préféré ne pas prendre part aux séries, qui se déroulaient après celles du 100m nage libre. Idem pour Benjamin Stasiulis, qui a validé son ticket hier pour le 100m dos olympique. Son habituel rival et vice-champion du monde en titre, Camille Lacourt, a réalisé le 2e temps des séries (26"03), derrière son coéquipier marseillais Dorian Gandin (25"65). Hugues Duboscq, qui avait raté sa qualification sur 100 m brasse, a conservé ses chances sur 200 m brasse, en réussissant en 2'13"25, le minima imposé en série.

Le cap a été également maintenu pour Laure Manaudou, Au lendemain de sa qualification olympique grâce à sa victoire sur 100m dos, elle a encore montré qu'elle avait retrouvé une bonne partie de son talent en réalisant le meilleur temps de séries sur 50m dos, avec le record de France en prime. "Je ne m'y attendais pas", a-t-elle déclaré. "C'est une belle surprise. Etre qualifiée (pour Londres), ça rassure. On est plus sereine et c'est plus facile de se mettre à l'eau sachant que, quoi qu'on fasse, on est qualifié". Déjà détentrice de cette meilleure marque nationale, la championne olympique a fini en 28"16, largement devant le précédent record qui datait de 2007 (28"50), et qu'elle avait déjà abaissé à neuf reprises depuis 2001. Pour le titre national, comme sur 100m dos, Alexianne Castel est sa première adversaire, mais elle a fini sa série à près d'une seconde (29"11).

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze