Francis Luyce
Francis Luyce, président de la Fédération française de natation | DR

Francis Luyce battu à la présidence de la Fédération de natation, une page se tourne

Publié le , modifié le

Après 24 années de présidence à la tête de la Fédération française de natation (FFN), Francis Luyce n'a pas été reconduit, lors de la nouvelle élection. Pendant toutes ces années, il a vu la natation française atteindre les sommets, avec Laure Manaudou puis les Alain Bernard, Yannick Agnle, Camille Muffat... Il visait un 7e mandat, mais c'est Gilles Sezionale, avec 70.25% des suffrages, qui a été élu. A 59 ans, il était président de la Ligue de Paca.

Yannick Agnel à la retraite, Florent Manaudou à la semi (?)-retraite, Camille Lacourt sur la même pente... De nombreux nageurs français,  qui ont fait l'histoire récente de leur sport, se sont mis sur une voie de garage. A la tête de la Fédération française, le changement est intervenu ce dimanche. L'assemblée générale élective a en effet décidé de changer de chef de file, en n'élisant pas une 7e fois Francis Luyce, l'emblématique président de l'institution depuis 24 ans. Elu au 1er tour, il a retiré sa candidature pour ne laisser que Gilles Sezionale en lice, lequel a alors recueilli 70.25% des suffrages.

Président de la Ligue de PACA, pharmacien à Nice, le nouveau président de la FFN âgé de 59 ans avait fait campagne avec plusieurs mesures phares, dont la limitation à deux le nombre de mandats, clin d'oeil à peine voilé à l'inamovible Luyce (70 ans). "Ma fierté d'avoir été appelé à présider cette belle maison pleine d'histoire est aussi grande que le travail restant à accomplir pour redonner à notre fédération les lettres de noblesse qu'elle mérite", a déclaré le nouveau président. "Forte de ses 317 000 licenciés et de ses 1300 clubs, la Fédération est une belle et grande institution qu'il va falloir accompagner pour prendre le tournant de la modernité." Il se se présentait en position de force, avec le soutien d'une dizaine de présidents de ligues régionales issues de la réforme territoriale, dont certaines parmi les plus puissantes (Ile-de-France et PACA).

Les retraites des fers de lance de la nage tricolore, mais aussi les résultats récents, notamment aux JO-2016 de Rio (1 médaille individuelle en course avec Florent Manaudou sur 50m NL), avaient assombri l'horizon.