Sun Yang Chine
Le Chinois Sun Yang | JOSEP LAGO / AFP

Dopage: L'AMA va étudier le cas Sun Yang

Publié le , modifié le

L'Agence mondiale antidopage va étudier le dossier de la suspension, déjà purgée, du nageur Sun Yang et "décidera si elle fera appel ou non" devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), a indiqué lundi l'AMA. Le Chinois se défend d'avoir voulu se doper.

Doublé médaillé d'or aux jeux Olympiques de 2012 sur 400 m et 1.500 m, Sun Yang a été contrôlé positif lors d'une analyse antidopage en mai et suspendu trois mois, une sanction rendue publique seulement lundi par les autorités chinoises. "L'AMA n'a pas encore reçu l'ensemble des éléments dans cette affaire", a indiqué à l'AFP Ben Nichols, porte-parole de l'AMA. "Lorsque ce sera le cas, l'AMA examinera les raisons de cette décision et décidera si elle fera appel ou non devant le Tribunal arbitral du sport", a-t-il expliqué sans vouloir faire d'autres commentaires.

En révélant la nouvelle lundi, l'Agence antidopage chinoise a simplement annoncé sur son site que Sun avait été contrôlé positif à un stimulant, la trimétazidine, le 17 mai lors des compétitions nationales de natation en Chine. L'agence de presse Chine nouvelle a rapporté, de son côté, que Sun Yang avait été suspendu trois mois en juillet sans préciser la période de la suspension.

Sun s'était aligné aux Jeux asiatiques d'Incheon (Corée du Sud) en  septembre, où il a notamment remporté trois titres. Le Comité olympique d'Asie  (COA) a d'ailleurs décidé de ne pas lui retirer ses médailles, arguant que  l'instance asiatique n'avait jamais été prévenue de la suspension de l'athlète. Le géant (1,98 m) de la natation chinoise a démenti lundi avoir tenté de se doper, en assurant avoir pris pour raison médicale du vasorel et en affirmant ignorer qu'il contenait une substance interdite. Ce médicament, aussi commercialisé sous le nom de vastarel, est utilisé pour prévenir les angines de poitrine et pour traiter les vertiges et les acouphènes.

AFP