Yannick Agnel crawl 2011
Le Français Yannick Agnel | AFP - FREDERICK FLORIN

Coup double pour Agnel

Publié le , modifié le

Yannick Agnel a frappé un grand coup, mercredi, en finale du 400 m des Championnats de France à Strasbourg où il s'est adjugé la victoire devant Sébastien Rouault et a explosé son propre record de France de la distance en nageant en 3'43"85 (ancien record: 3'46"17). Avec ce chrono, il établit la meilleure performance mondiale de la saison. De bon augure à seulement quatre mois des championnats du monde à Shanghai (24-31 juillet).

Agnel, Bousquet et Lacourt assurent

"Je suis content de cette confrontation avec Sébastien (Rouault), il ne s'est pas laissé abattre, on a toujours été au coude à coude et je suis satisfait que ça se soit soldé par une victoire, s'est réjoui le jeune nîmois. La différence s'est faite sur le matin (les séries): je n'avais pas l'habitude de faire un 400 m aussi serein le matin et je dépensais beaucoup d'énergie pour pas grand chose. Là, j'ai été bien plus serein et ça m'a permis d'en garder pour ce soir". Sébastien Rouault, qui est plus spécialiste des 800 m et 1.500 m libre, a  lui aussi battu son record personnel dans cette finale des Championnats de France (3'47"42). "Yannick a été très fort, j'ai fait de mon mieux mais je n'ai pas pu  m'accrocher quand il a accéléré", n'a pu que constater un Rouault néanmoins satisfait de sa performance.

Un peu plus tard, Camille Lacourt a lui aussi fait des étincelles. Le champion d'Europe du 100 m dos a conservé son titre de champion de France sur la  distance en s'imposant en finale (52"44), devant Jérémy Stravius (53"59) et  Benjamin Stasiulis (54"27). "C'était important à ces Championnats de France de faire un gros temps et  de montrer que je tenais mon statut depuis les Championnats d'Europe, a  commenté Lacourt après sa course. Depuis janvier, j'ai vraiment beaucoup travaillé. Par rapport à l'an  dernier j'ai plus l'obligation d'être présent, d'être investi, et je suis ravi  d'avoir réussi un temps comme ça". Et d'ajouter : "J'ai essayé de me concentrer sur ma nage parce que ce n'était pas top ce  matin pendant les séries: j'étais facile mais pas forcément bien  techniquement".

Pour Giacomo Perez-Dortona la déception est en revanche grande puisque, pour un petit centième, il a manqué la qualification pour les championnats du monde sur le 50 m brasse. Une finale où il s'est pourtant imposé en 27"56 devant Malick Fall (28"10) et Hugues Duboscq (28"14). En fin de journée, le double champion d'Europe Frédérick Bousquet a, lui, conservé son titre de champion de France sur 100 m  papillon (53"43), devant Christophe Lebon (53"61) et le Belge François  Heersbrandt (53"68). Malheureusement, n'ayant pas réalisé les minimas lors des séries, Bousquet ne participera pas aux Championnats du monde sur cette distance.

Chez les femmes, Camille Muffat a remporté le titre national du 800 m en nageant la distance en 8'26"20. La championne du monde du 200 m en petit bassin a du même coup validé son billet sur la distance pour les championnats du monde.  Avec un chrono de 8'39"09 et une troisième place sur le podium, Coralie Balmy n'a,elle, pu valider son billet pour l'échéance mondiale. Sur 200 m dos, Alexianne Castel est montée sur la plus haute marche (2'08"75). Enfin, malgré une très belle course et un titre national à la clé, Sophie de Ronchi n'a pas réussi les minima les championnats du monde sur le 100 m brasse mais elle a battu le record de France de la distance en nageant en 1'07"97 lors de la finale.

Isabelle Trancoën