Coronavirus - Marie Wattel : Les sportifs anglais "prennent ça un peu à la légère”

Publié le , modifié le

Auteur·e : Alexandre Boyon
Marie Wattel
Marie Wattel | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

2020 devait être l’année de tous les espoirs et pourquoi pas de tous les succès pour Marie Wattel, détentrice du record de France du 100m nage libre en petit bassin. Depuis trois ans et demi, elle est exilée à Loughborough en Angleterre pour y poursuivre ses études de management du sport. Hier, elle nous confiait qu’elle était surprise de pouvoir encore nager dans la piscine de l’université, mais c’était avant d’apprendre dans la soirée que le bassin fermait, précipitant son retour en France. Désormais, et à cause de la propagation du Covid-19, son avenir olympique s’écrit en pointillés.

Au bout du téléphone, la voix est douce, à l’image de cette grande championne d’1m80 qui l’an dernier a enfin exprimé à 22 ans son énorme potentiel. Meilleure nageuse française aux mondiaux de Gwandju (ndlr : finaliste sur 50 et 100 m papillon, pièce maîtresse du relais 4 fois 100 mètres nage libre mixte médaillé de bronze), Marie Wattel a battu cet hiver le record de France du 100m nage libre en petit bassin détenu jusqu’alors par Charlotte Bonnet. Prometteur.

A Loughborough, en plein centre de l’Angleterre, la nageuse de Montpellier nous disait hier son étonnement de pouvoir encore s’entraîner : “Ici, ils sont seulement en train de réaliser que c’est quelque chose de sérieux, il n’y a pas encore beaucoup de mesures prises, juste des recommandations. La piscine est ouverte au public. Je peux m’y entraîner normalement. Pour l’instant.”

à voir aussi Coronavirus : La Fédération française de natation veut un report des JO Coronavirus : La Fédération française de natation veut un report des JO

"Je suis favorable à un report" des JO

Inévitablement, on lui a parlé d’un éventuel report des JO,  la double championne d’Europe y est favorable, elle s’en excuserait presque : "C’est peut-être un peu égoïste parce que je n’ai que 22 ans et que je ne compte pas arrêter cet été, mais je suis favorable à un report. J’ai du mal à imaginer que d’ici juillet tout soit miraculeusement rentré dans l’ordre. Je pense d’ailleurs que les nageurs français, mais également australiens ou américains attendent ça. Ça fait quatre ans qu’on se prépare, ce n’est pas seulement une olympiade de préparation, pour certains c’est beaucoup plus. On mérite qu’il y ait une équité sportive, pas des athlètes avantagés par rapport à d’autres sinon ça serait des sous-Jeux et moi je n’ai pas envie de vivre ça. On parle de ce qui est supposé être le meilleur moment sportif au monde." 

"Boris Johnson donne l'impression que le virus n'est pas trop présent"

Le corps à Loughborough, mais la tête en France, Marie n’est pas coupée du monde. Elle s’interroge sur la façon dont les Britanniques vivent au quotidien alors que le confinement est imposé dans notre pays: "Les sportifs anglais ne réalisent pas trop. Le premier ministre Boris Johnson donne l’impression que le virus n’est pas trop présent, qu’il est maîtrisé. Je pense que sur cette stratégie d’immunité collective, ils vont devoir revenir en arrière. Certains sportifs de la fac sont allés en boîte mardi, beaucoup prennent ça un peu à la légère, plus que moi qui vois ce qui se passe en France. Je suis les informations à longueur de journée pour connaître l’évolution en France, je veux savoir également si les frontières vont fermer ou pas pour pouvoir rentrer chez moi à Annecy. J’ai plus confiance dans la politique en France que celle d’ici qui est laxiste, quitte à être confinée, autant l’être avec ma famille".

Des propos tenus il y a moins de 24 heures, avant d’apprendre la fermeture du bassin de Loughborough. Marie nous a envoyé ce matin un petit message pour nous dire qu’elle espérait rentrer ce dimanche, si tout va bien. Face au virus, le sursis des nageurs n’aura duré que quelques jours en Angleterre.

à voir aussi Philippe Lucas : "Pourquoi on ne réquisitionne pas l'INSEP ?" Philippe Lucas : "Pourquoi on ne réquisitionne pas l'INSEP ?"
Alexandre Boyon boyonalexandre