Shayna Jack
A 20 ans, Shayna Jack risque une suspension de 4 ans. | AFP

Dopage : l'Australie embarrassée par l'affaire Shayna Jack

Publié le , modifié le

Avec 19 médailles glanées aux Mondiaux de Gwangju, la natation australienne semblait tracer sa route vers les Jeux olympiques de Tokyo 2020 dans le calme et l'allégresse. En Corée du Sud, un de ses athlètes, Mack Horton, s'est même érigé en figure anti-dopage en refusant de poser avec Sun Yang sur le podium du 400 mètres. Tout allait bien jusqu'à ce que l'on apprenne que la nageuse Shayna Jack a été contrôlée positive à un anabolisant en juin. On grince des dents du côté de la Fédération australienne.

Deuxième meilleure nation au tableau des médailles aux Mondiaux de natation course à Gwangju, l'Australie n'aurait pas pu rêver meilleure préparation pour les Jeux de Tokyo, prévus dans un an. Mais à peine la compétition refermée, un scandale est venu ébranler le beau château de cartes. Quand le dopage revient comme un boomerang... Quelques jours après que le nageur australien Mack Horton a refusé de poser aux côtés du controversé Sun Yang (soupçonné de dopage) sur le podium du 400 mètres, Shayna Jack, une de ses compatriotes, a annoncé avoir été contrôlée positive au Ligandrol, un anabolisant généralement utilisé par les culturistes.

à voir aussi Mondiaux de natation : Pourquoi Sun Yang est-il le pestiféré de la natation mondiale ? Mondiaux de natation : Pourquoi Sun Yang est-il le pestiféré de la natation mondiale ?

Malaise en Australie, la Chine en ébullition

Initialement absente de la sélection australienne à Gwangju pour "raisons personnelles", la nageuse de 20 ans a fourni un échantillon suspect lors d'un test hors-compétition fin juin et sa Fédération en était évidemment informée, car c'est elle qui a pris la décision de retirer Jack du groupe envoyé en Corée du Sud. Les dirigeants le savaient également quand Mack Horton a publiquement fait volte-face à Sun Yang. Si le nageur de 23 ans a reçu le soutien d'autres athlètes, notamment américains, son camp n'a pas apprécié que l'acte fasse tant parler. "Je regardais Mack, affligée par ce qui allait arriver à Shayna et Mack dans les jours et les semaines à venir", a confié Leigh Russell, la patronne de la natation australienne à ABC.

D'un côté, Horton maintient fermement sa position, en dépit de menaces reçues sur les réseaux sociaux, notamment proférées par des internautes chinois. "Ma position reste ferme. Le sport propre doit être une priorité pour tous les athlètes, tous les sports et toutes les nations", a-t-il tonné sur la chaîne Seven News. De l'autre, Jack clame son innocence depuis Brisbane, expliquant ne pas comprendre comment la substance s'est retrouvée dans ses analyses. Elle évoque un état profond "de douleur et de vulnérabilité" et demande à ce qu'on respecte son intimité. En Chine, pleuvent les critiques, acerbes et souvent déplacées. Horton est un "clown" et l'Australie une "nation de tricheurs".