Alexianne Castel, brillante sur 200 dos
Alexianne Castel, brillante sur 200 dos | ATTILA KISBENEDEK / AFP

Castel championne d'Europe du 200 m dos

Publié le , modifié le

Alexianne Castel a été sacrée champion d'Europe sur 200 m dos en 2:08.41 devant l'Allemande Jenny Mensing (2:09.55) et l'Espagnole Duane Da Rocha Marce (2:09.56), mardi à Debrecen. La Française de 21 ans a décroché son premier grand titre en grand bassin et sa première grande médaille à deux mois des jeux Olympiques de Londres. Avec la médaille d'argent de Frédérik Bousquet, la France a trois médailles au compteur (2 en or, 1 en argent).

"Pour des premiers championnats d'Europe, c'est bien, c'est même très  bien. Avec un super chrono et une course beaucoup mieux gérée qu'aux  Championnats de France" a confié radieuse Castel après sa finale.Cette médaille était attendue, du moins espérée, chez une nageuse talentueuse qui a failli arrêter la natation en 2010. Très précoce, Castel avait fait parler d'elle en 2009 lors des Championnats d'Europe en  petit bassin à Istanbul où elle avait décroché sa première médaille  internationale, sur 200 m dos. L'année suivante, elle devenait championne du monde en petit bassin à  Dubai, toujours sur 200 m dos, après avoir manqué l'Euro 2010 en grand bassin,  préférant faire une pause alors qu'elle s'interrogeait sur ses motivations. 

La Toulousaine a repris la saison suivante revigorée, toujours sous la responsabilité  de Richard Martinez, son entraîneur depuis presque 9 ans. a licenciée des Dauphins de Toulouse a de réelles chances de podium lors  des JO cet été à Londres où elle jouera sa carte sur sa distance chérie, le 200  m dos, et secondairement sur 100 m dos. "Je me suis pris une claque aux Championnats (de France)  et maintenant je sais comment gérer mes courses et je pense que je peux devenir  encore plus forte. Je préfère largement ce que j'ai fait ici. C'est pas plus  mal de se planter aux Championnats de France et de réussir aux Jeux", a-t-elle commenté. Ce sera le seul titre européen sur 200 dos car cette grande jeune femme, au fort caractère et qui ne livre rien sur  elle-même, arrêtera au plus haut niveau après les Jeux. 

Argent content pour Bousquet, Stravius et Leveaux un peu juste

"C'est plutôt cool." Non qualifié pour les JO de Londres, Bousquet continue de se faire plaisir. Après l'or sur le 4x100 m libre la veille, le nageur d'Auburn a terminé deuxième du 50 m papillon (non olympique) derrière l'Espagnol Rafael Munoz Perez (23.16) en 23.30. "C'est la  même place qu'il y a 2 ans avec quasiment le même temps. J'ai envie de  recommencer comme ça tous les 2 ans", a-t-il constaté. En revanche, Amaury Leveaux a terminé 8e (23.80). Le nageur entraîné par Philippe Lucas s'est rattrapé peu après en se qualifiant pour la finale du 200 m libre avec le cinquième temps. Malgré un manque de jus, Leveaux peut viser le podium. 

Même échec pour le dossiste Jérémy Stravius, pourtant champion du monde en titre, qui n'a fini que 7e du 100 m dos en 54.96, loin derrière le vainqueur grec Aristeidis Grigoriadis, sacré champion d'Europe en 53.86. Une déception après la bonne performance sur le dernier relais du 4x100 m de la veille. "Ce n'est pas très rassurant. C'est  vraiment dommage. Je ne m'attendais vraiment pas à un temps aussi médiocre", a-t-il lâché dépité après sa finale. "Je  donne vraiment tout et à l'arrivée ça donne presque 55 secondes. Ca ne vaut  rien. Je ne sais plus rien faire. Je suis très déçu. C'est l'enfer de voir des  temps comme ça. J'en ai ras-le-bol. La question que je me pose est: comment  j'ai fait pour en arriver là ? Je m'entraîne super dur pourtant. J'ai hâte  vraiment de passer à autre chose."

Mathieu Baratas