Bousquet sourire 082010
Frédérick Bousquet | AFP - DANIEL MIHAILESCU

Bousquet: "La passion est toujours bien présente"

Publié le , modifié le

Après avoir échoué à se qualifier pour les jeux Olympiques de Londres, Frédérick Bousquet s'est racheté en conservant son titre sur 50 m libre, chrono à l'appui, un soulagement pour le trentenaire pour qui la "passion est toujours bien présente", dimanche à l'Euro-2012 à Debrecen.

Etait-ce important de garder votre titre ?
"Ca reste anecdotique par rapport au déroulement de la saison et de ces  dernières semaines. Défendre ce titre ne voulait plus dire grand chose à mes  yeux. C'était plus une question de réussir à me prouver que j'arrive à nager  vite en grande compétition et me dire que j'arrive à sauver les meubles sur  cette fin de saison. Pour le moment ça reste anecdotique mais dans quelques  semaines ou à la fin de la saison quand j'essaierai de repenser aux points  positifs de cette année, je me dirai que j'ai été capable de défendre mon titre  sur 50 m malgré tout ce qui s'est passé, malgré la semaine infernale de  Dunkerque, malgré ce qui s'est passé aux cotes il y a 10 jours et j'en aurais  une certaine fierté."

Vous étiez très énervé la veille après les séries et demi-finales à  cause de vos départs ratés. Comment vous êtes vous remobilisé pour la finale ?
"Je me suis remobilisé en me détachant un peu de l'événement. Je me suis  changé les idées, je n'ai pas vraiment pensé à la course, j'ai énormément parlé  avec Laure (Manaudou, sa compagne). Elle m'a envoyé plein de photos de Manon  (leur petite fille de 2 ans). Rien que ça, ça me donne le sourire, ça me montre  qu'il y a autre chose. Et qu'il n'y a pas qu'une finale aux Championnats  d'Europe. Je me projette déjà la semaine prochaine à Marseille où j'ai vraiment  hâte de retrouver mes coéquipiers. Même à la saison prochaine. Tout plein de  sujets qui me donnent le sourire et qui m'ont enlevé ce stress et cette  frustration que j'avais hier après les demi-finales".

Avez-vous toujours envie de continuer à nager ?
"J'ai toujours dit que j'avais envie de continuer. Mais le jour où je ne  serai plus dans le coup, même si l'envie est toujours là, il faudra que je  fasse face aux réalités mais pour le moment ça va. Je suis encore dans le coup,  dans le Top 10 mondial en ce moment. La passion est toujours bien présente et  je la ressens toujours en moi. J'ai encore le ventre qui se noue un peu avant  de monter sur le plot. Je me sens encore gamin quand je me prépare à faire une  course comme ici. Je me régale".

AFP