Bernard manque la finale de rêve avec Phelps

Publié le , modifié le

Cela devait être le moment-phare de l'Open de Paris de la Croix-Catelan. Mais l'opposition sur 100m nage libre entre Alain Bernard, champion olympique de la discipline, et Michael Phelps, octuple champion olympique à Pékin, n'aura pas lieu. L'Antibois n'a pas réussi à sortir des séries, réalisant le 18e temps (50"44). L'Américain retrouvera quand même en finale le Brésilien Cesar Cielo, champion du monde, ainsi que Fabien Gilot ou Yannick Agnel.

Trop fatigué. En pleine période de travail pour préparer les Championnats d'Europe à Budapest, Alain Bernard a certainement payé les efforts passés. Après avoir fait un break suite aux Mondiaux de Rome en août dernier, il court après sa forme olympique. Mais dans le bassin de la Croix-Catelan, il n'a pas pu aller très loin. 18e temps des séries en 50"44, il ne pourra pas défier Cesar Cielo, champion du monde en titre, Michael Phelps, octuple champion olympique, ou encore Fabien Gilot, auteur du meilleur temps ce matin (48"59). "Je suis fatigué par la préparation et les sensations du jour n'étaient pas bonnes", a concédé le champion olympique du 100m. "Pour certains, ce meeting était un point important dans la préparation, mais pas pour moi. Je n'étais pas bien, c'est tout. Au bout de 15 mètres, j'ai eu mal aux jambes. J'essaie de ne pas y penser, de rester dans mon truc mais on a beau être ambitieux ou faire ce qu'on veut, quand on est fatigué on est fatigué. Ca fait partie du jeu. Un 100 m c'est délicat et quand on ne se sent pas bien c'est frustrant. Les sensations du jour ne sont pas là." Loin de la meilleure performance mondiale qu'il avait réalisée (48"32), Bernard devra assister en spectateur à la finale spectaculaire. Car l'Américain est passé avec le 7e temps (49"44), et retrouvera le champion du monde en titre, le Brésilien Cesar Cielo (5e, 49.31), et le Français Fabien Gilot, meilleur temps des séries (48.59) devant son jeune compatriote, Yannick Agnel (49.02).

Alain Bernard n'a pas été le seul à passer au travers. Amaury Leveaux a réalisé le 15e temps, pour une sanction identique: "On a mis des choses en place avec Philippe (Lucas, son entraîneur). Elles se sont bien mises même si ça ne va pas au bout parce que mon état de fraîcheur, c'est pas ça du tout. Je suis placé, je suis technique, je suis haut sur l'eau. Ca promet pour cet été. Je ne me fais pas de soucis.". Frédérick Bousquet n'a pas fait mieux avec le 19e temps: "Les sensations n'étaient pas terribles, je suis fatigué."