Yannick Agnel
Le nageur Yannick Agnel | AFP - DAMIEN MEYER

Agnel : "C'est une décision raisonnée"

Publié le , modifié le

Yannick Agnel est revenu sur les raisons qui l'ont poussé à tourner le dos à Baltimore et Bob Bowman. Le nageur français a expliqué ce mardi avoir pris "une décision raisonnée" en révélant que les méthodes de travail de l'entraîneur de Michaël Phelps n'étaient pas adaptées.

Qu'avez-vous décidé pour votre avenir ?
Yannick Agnel
: "J'ai pris la décision de me baser sur Mulhouse et de m'entraîner avec  Lionel Horter. L'année a été excellente sur l'état d'esprit, ça a été une super aventure mais la méthode américaine a été trop difficile à digérer. Je me suis rendu compte que c'était compliqué de continuer dans ces conditions, en vue des Jeux (2016). J'ai eu Bob (Bowman) hier soir (lundi) pour lui annoncer tout ça,  il a eu une réaction super classe, de grand monsieur. C'est plus qu'un coach, c'est un ami. Mais je ne peux pas me permettre de rester à un endroit si je  n'ai plus confiance en la méthode, si je vois que ça va dans le mauvais sens. Je ne peux pas le faire par orgueil, ce serait idiot. Il faut que je sois  pragmatique et que je choisisse ce qui va le mieux fonctionner et en l'occurrence il s'agit de Mulhouse."

Avez-vous le sentiment que ce retour en France soit un aveu d'échec?
Y A
: "Absolument pas. Il ne faut pas oublier que si Bob n'avait pas été là, je serai en train de regarder la natation à la télé aujourd'hui. Je l'en remercierai toujours pour ça, pour m'avoir donné une nouvelle vision du sport en général. Seule la méthode ne me convenait pas. Et je pense que tout ce que j'ai fait, va payer. Il faut que je me transpose dans un autre cadre, que je  fasse attention à ma technique, que je fasse beaucoup moins d'intensité parce que je suis arrivé vraiment crevé. Ce qui m'embête c'est que ça fait trois changements en peu de temps et ce n'est pas mon souhait à la base. Aujourd'hui, je pense que mon avenir sportif sera plus radieux sur Mulhouse et c'est le plus important."

Estimez-vous qu'il s'agit d'une décision courageuse d'avoir quitté le mentor de Phelps?
Y A
: "Je partais avec beaucoup d'espoirs et au final cette méthode ne s'est pas avérée adéquate pour moi. Je suis quand même à 18 mois des jeux Olympiques. Si je veux réagir c'est maintenant. C'est une décision raisonnée. Je suis quelqu'un d'assez sensible et j'imagine déjà pas mal de gens dire: +Il se la pétait vachement, il est parti aux Etats-Unis et maintenant il revient la queue entre les jambes.+ Ce qui n'est absolument pas le cas. Si je change c'est qu'il y a une raison, que c'est raisonné, que c'est réfléchi. Je viens du sud de la France et je suis quand même allé sur Baltimore et sur Mulhouse. Si j'avais voulu vraiment me la couler douce je serais aller sur des endroits qui sonnent plus exotiques où on travaille moins." 

AFP