Rebecca Adlington
Rebecca Adlington, en larmes lors des Jeux Olympiques de Londres | AFP - FABRICE COFFRINI

Adlington, la retraite à 23 ans

Publié le , modifié le

Double championne olympique à Pékin en 2008 à seulement 19 ans, double médaillée de bronze à Londres en 2012, Rebecca Adlington a décidé de mettre un terme à sa carrière dans les bassins. "Je déteste le mot retraite. J'adore la natation, mais je ne ferai plus de compétition", a-t-elle déclaré.

"Je ne peux plus travailler autant. J'ai besoin de plus de temps pour  récupérer. C'est le moment. Pékin a changé ma vie. C'était le meilleur moment  de ma carrière". Rebecca Adlington, championne du monde du 800m nage libre en 2008, championne d'Europe sur 400m nage libre en 2010, double championne olympiqe à Pékin, ne se présentera plus sur un plot de départ. Quelques jours après une autre ancienne reine du 800m, Laure Manaudou, la Britannique a décidé de raccrocher.

Comme la Française, elle a pris son temps pour mûrir sa décision. Doublement en or aux JO de Pékin en 2008, elle n'avait pas pu conserver ses couronnes olympiques à Londres, devant son public, l'été dernier, battue sur 400m par Camille Muffat et sur 800m par l'Américaine Katie Ledecky. Ces deux médailles de bronze auront donc été ses dernières. A douze jours de son 24e anniversaire, Rebecca Adlington a décidé de tourner la page. Elle restera dans l'histoire comme la nageuse qui a battu le mythique record du monde de Janet Evans, sur 800m, à Pékin, une marque qui tenant depuis 1989.

L'avenir, elle l'a tracé. "Je suis très fière de ce que j'ai réussi mais mon voyage n'est pas terminé. Mon idée est que chaque enfant en Grande-Bretagne soit capable de nager 25 mètres au moment de quitter l'école primaire. C'est mon plus grand défi en natation."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze