18 mois de suspension pour Park Tae-hwan

18 mois de suspension pour Park Tae-hwan

Publié le , modifié le

Le Sud-Coréen Park Tae-hwan, quadruple médaillé olympique, qui comparaissait lundi devant la commission antidopage de la Fédération internationale de natation, après avoir été contrôlé positif à la testostérone avant les Jeux asiatiques, a finalement été suspendu 18 mois et reconnu coupable de prise d'anabolisants. Sa suspension prenant effet à la date des faits le 3 septembre 2014 , il pourra revenir dans les bassins le 2 mars 2016.

Mais il ne pourra donc pas participer aux championnats du monde à Kazan cet été. Devenu une véritable star dans son pays, après avoir brillé sur le 400 m nage libre (champion olympique en 2008, trois fois médaillé d’argent en 2008 et 2012, double champion du monde en 2007 et 2011), Park avait connu une période un peu plus compliqué depuis les JO de Londres.

Après son contrôle positif, il avait déclaré que celui-ci était dû à une injection administrée dans un hôpital sud-coréen, contenant à son insu une substance prohibée, alors qu'il était en cure de chiropraxie. Mais il n'a pas convaincu les juges de la commission de la Fédération internationale qui n'ont pas fait dans la demi-mesure

ll s’agit de la seconde affaire retentissante concernant en peu de temps un nageur asiatique, après le Chinois Sun Yang, double champion olympique, suspendu trois mois après un contrôle positif à la trimetazidine (stimulant) révélé fin novembre.

Christian Grégoire