Rafael Nadal
Rafael Nadal | JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Nadal protégé à Roland-Garros ?

Publié le , modifié le

Les Internationaux de France vont-ils mettre fin à leurs habitudes et à la tradition ? Membre du comité de pilotage de Roland-Garros, Guy Forget s'est déclaré favorable à ce que Rafael Nadal, actuel 5e mondial, bénéficie d'un meilleur classement au moment du tirage au sort du tableau: "A partir du moment où dans les semaines à venir on pourrait retrouver Rafael Nadal et Novak Djokovic dans les plus grands tournois, oui, ce serait dommage de les retrouver opposés dès les quarts", a-t-il déclaré à l'issue de la finale de Monte Carlo.

Hormis pour le très particulier tournoi sur herbe de Wimbledon, les organisateurs des trois autres tournois du Grand Chelem ne s'amusent jamais à changer la hiérarchie mondiale pour définir les tête de série.  Mais Guy Forget ne serait pas opposé à ce que cette habitude soit modifiée pour Rafael Nadal. "Cela n'engage que moi mais je ne trouverais pas illogique que les têtes de série puissent être modifiées", a-t-il déclaré à Reuters après la défaite de l'Ibère à Monaco contre Novak Djokovic. "On verra à l'approche de Roland-Garros. Wimbledon l'a déjà fait. A partir du moment où dans les semaines à venir on pourrait retrouver Rafael Nadal et Novak Djokovic dans les plus grands tournois, oui, ce serait dommage de les retrouver opposés dès les quarts."

Descendu à la cinquième place mondiale après ces 7 mois et demi d'absence pour cause de blessure, Rafael Nadal n'est plus aussi "protégé" que par le passé, où il faisait toujours partie des deux meilleurs joueurs du monde. Le problème, c'est qu'en ayant remporté les tournois de Barcelone et Rome l'an dernier (et 16e de finale à Madrid), il a encore beaucoup de points en jeu avant les Internationaux de France. Et si, comme à Monte Carlo, il ne conserve pas ses couronnes, il n'a aucune chance d'améliorer son rang. Il possède encore une petite chance mathématique de passer devant son compatriote mais il lui faudra à la fois faire mieux que l'an passé dans les trois prochains tournois à Barcelone, Rome et Madrid, et espérer que Ferrer, qui le devance, fasse moins bien qu'une finale à Barcelone, une demie à Rome, et un quart à Madrid.

Jamais un joueur n'a obtenu un traitement aussi favorable, même Gustova Kuerten, double tenant du titre en 2000 et 2001 mais qui n'avait que la tête de série N.7 en 2002, et avait été éliminé en 8e de finale par Albert Costa. Et si les organisateurs étaient tentés par cette innovation, il faudrait alors savoir à quel rang installer le septuple vainqueur de Roland-Garros ? N.1 à la place de Djokovic ? N.2 à la place de Federer ? N.3 à la place de Murray ? Contrairement au gazon londonien du passé, la terre-battue actuelle n'a pas de particularités extrêmes, donnant à certains une supériorité indéniable et rendant le classement de l'ATP inepte. Rafael Nadal, au sommet, ne peut être battu que par 4-5 joueurs dans le monde. Pas seulement sur terre.