Rafael Nadal - 2012
Rafael Nadal n'a laissé jusqu'alors aucune chance à ses adversaires aux Internationaux de France | AFP - PATRICK KOVARIK

Nadal : "à moi de dicter le jeu"

Publié le , modifié le

Venu à l'entraînement préparer sa finale contre Djokovic samedi, Rafael Nadal s'est livré à une analyse sur la façon dont il devra s'y prendre pour l'emporter. L'Espagnol, qui dit n'avoir pas de pression supplémentaire, estime que pour s'adjuger un 7e titre, il devra bien jouer, être agressif, dicter le jeu et ne pas la maîtrise à Djokovic.

Est-ce que les prévisions météorologiques t’inquiètent pour cette finale ?
- Si il pleut, il pleut et on ne pourra pas jouer. J’ai entendu des bruits qu’il y a de fortes chances qu’il pleuve… Si il y a des interruptions, on les subira tous les deux…
Si on doit jouer la finale, lundi, on la jouera lundi !

Novak dit que c’est un grand défi pour lui, qu’en pensez-vous ?
- Pour lui de gagner quatre titres à la suite c’est une grosse opportunité. Il a joué une saison absolument fantastique. Ce sera un match difficile pour moi, mais je l’espère aussi pour lui !

La finale de Melbourne a été la plus disputée depuis longtemps, vous attendez-vous vous à un tel combat ?
- Avant de jouer le match, difficile de prévoir ce qu’il va se passer. Il joue bien avec beaucoup de confiance. Je devrais jouer mon jeu. Et essayer de maintenir le même niveau de jeu que j’ai pu avoir jusqu’à maintenant. Je ne sais pas ce qu’il peut se passer.

Avez-vous plus de pression avec ce fameux record qui vous permettrait de passer devant Borg ?
- J’ai la possibilité de le battre car j’ai déjà gagné six titres. Donc j’ai déjà eu la pression depuis ces dernières années. Sérieusement, je n’ai pas de pression supplémentaire. J’en ai car c’est une finale de Roland-Garros et c’est le tournoi le plus important pour moi.

Comment-vous sentez-vous ?
- Le match d’hier m’a donné confiance, et pour moi c’est bien ce qui est le plus important. Evidemment j’aurais des doutes car je respecte mon adversaire.

Que représente cette Rivalité avec Novak ?
-Nous avons disputé de nombreuses rencontres, demain est un autre match.

Federer estime que vous êtes le très grand favori. Qu’en pensez-vous ?
- Je le remercie pour ses paroles. Je vais jouer contre le N.1 mondial. On peut éventuellement laisser le mot favori, mais pas très grand favori.

Comment abordez-vous  cette finale ?
- Je dois bien jouer, changer de direction, essayer de le déborder, de défendre avec des balles très longues, et un service gagnant. C’est à moi de dicter le jeu. Si j’arrive à varier les directions. J’ai l’impression de jouer encore mieux qu’à Rome. Et ce qui est positif, c’est que lors des matches difficiles, j’ai réussi à l’emporter car j’étais très agressif.

Romain Bonte