Li Na coup droit Rome 2011
Li Na | AFP - Alberto Pizzoli

Na Li n'aime pas la terre battue...

Publié le , modifié le

Première Chinoise à atteindre les quarts de finale des Internationaux de France, Na Li, a affirmé après sa qualification qu'elle n'était pas particulièrement fan de cette surface... Petite déclaration qui ne devrait pas forcément faire plaisir aux organisateurs, mais Li a le mérite d'être honnête !

"Je n'aime pas les courts de terre battue, mais je suis en quarts de finale ici, donc je ne sais pas si je peux toujours dire cela", a nuancé Na Li. Mais cette déclaration s'explique sans doute par le fait que dans son pays, les courts en terre battue ne sont pas très répandus. "En Chine, nous avons une majorité de courts en dur. Mais en tant que joueuse professionnelle, même si vous n'appréciez pas l'atmosphère ou le temps, il faut quand même jouer le match", explique-t-elle.

Aujourd'hui âgée de 29 ans, la native de Wuhan a toujours eu un franc-parler. Cette année, la Chinoise avait fait rire tous les journalistes présents à sa conférence de presse en expliquant que son mari-entraîneur Jiang Shan, l'avait réveillée toutes les heures, à la veille de sa demi-finale de l'Open d'Australie contre Caroline Wozniacki."Je lui ai demandé d’arrêter et il m’a répondu de me détendre", avait-elle raconté. Ce soir, il dormira peut-être dans la salle de bains", avait alors lancé la joueuse qui venait de se qualifier pour la finale du tournoi de Melbourne.

Première Chinoise à remporter un tournoi sur le circuit WTA en 2004, Na Li a également souvent taclé ses compatriotes, qui selon elle, manque plus d'ambition que de talent. "Ils ne sont pas très forts dans leur tête et pensent que d’être 300ème mondial, c’est parfait", avait-elle ainsi raconté. Ne mâchant jamais ses mots, Na Li a eu le mérite de s'affranchir de la Fédération chinoise de tennis, afin d'être financièrement plus indépendante. Battue en finale de l'Open d'Australie cette année (par Kim Clijsters), Na Li peut espérer se faufiler jusqu'en finale, et pourquoi pas devenir la première Chinoise à remporter un tournoi du Grand Chelem. Avant d'y parvenir, elle va devoir relever ses manches pour venir à bout de la Biélorusse Victoria Azarenka.

Romain Bonte