Andy Murray - Roland-Garros 2012
Andy Murray (N.4) n'a pas abandonné, mais son avenir dans le tournoi est incertain | AFP - PATRICK KOVARIK

Murray s'arrache contre Nieminen

Publié le , modifié le

Diminué par des douleurs au dos, l’Ecossais Andy Murray (N.4) s'est arraché lors de la 5e journée des Internationaux de France face au Finlandais Jarkko Nieminen : 1-6, 6-4, 6-1, 6-2 en 2h27.

Le scénario était envisageable. Il a failli tourner au mélo-drame. Depuis le tournoi de Rome, et une élimination face à Richard Gasquet, Andy Murray se plaignait de douleurs dorsales. Longtemps incertain avant le début de la deuxième levée du grand chelem de la saison, le dernier membre du « Big Four » avait assuré sa participation deux jours avant Roland-Garros. Son premier tour face au Japonais Tatsuma Ito avait été rassurant, sans plus. Son deuxième en revanche a vite tourné au cauchemar. Bloqué du dos, le demi-finaliste de l’édition 2011 a joué sur une jambe pour s'imposer contre Jarkko Nieminen : 1-6, 6-4, 6-1, 6-2 en 2h27. Une victoire au courage.

Andy-lettante

Les spectateurs du court Philippe Chatrier l’ont vite vu venir. A peine le match commencé, Andy Murray s’est mis à geindre. Ses douleurs dorsales venaient de se réveiller. Incapable de prendre les appuis nécessaires pour évoluer à son niveau de jeu, le protégé d’Ivan Lendl a fait peine à voir. Son agonie dans le premier set a été lente et douloureuse. Les multiples interventions du kiné sur le court n’y ont rien changé. Murray s'incline 6-1. Et tout porte à croire qu'il va abandonner.

Alors, il tente le tout pour le tout. Abrège les échanges. L’Ecossais, jambes tendues et grimaçant lâche ses coups. Sans pouvoir s’appuyer sur son jeu de jambes, il distille ses frappes à quitte ou double. En dilettante, juste avec le talent de son bras. Ca passe parfois, ça sort souvent. En face, le Finlandais ne sait plus sur quel pied danser. Difficile de trouver son rythme face à un joueur diminué, et imprévisible. La victoire lui semble promise. Et pourtant. Dans la deuxième manche, il concède trois balles de débreak à 3-2. Il les sauve toutes. Murray a laissé passer sa chance ? Pas vraiment à 4-3 il parvient finalement à revenir. Il semble retrouver son rythme. Le public est admiratif, le champion se transcende. La suite du match est une démonstration. Pour la quatrième fois en autant de rencontres, il s'impose face au Finlandais. Mais que ce fut dur. Au 3e tour, il rencontrera le Colombien Santiago Giraldo. Si son dos le permet.