Richard Gasquet
Le revers de Richard Gasquet, l'un des plus beaux du circuit | AFP - THOMAS COEX

Murray fait exploser Gasquet

Publié le , modifié le

Brillant durant le premier set, Richard Gasquet (N.17) a ensuite perdu pied peu à peu dans son 8e de finale contre Andy Murray (N.4), s'inclinant 1-6, 6-4, 6-1, 6-2 en 2h30. Pour la 2e année de suite, le Français s'arrête en 8e à Roland-Garros.

On a retrouvé Richard Gasquet comme on l'avait quitté. Flamboyant pour finir son match contre Tommy Haas et lui coller deux 6-0, le Français est reparti sur les mêmes bases contre Andy Murray. Offensif, agressif, entreprenant, il a mis la tête de l'Ecossais sous l'eau, et ne l'a pas lâché. Il était sans doute aidé par les fautes de son adversaire et son énervement face à des conditions de jeu qui ne l'avantageaient pas (vent, balles lourdes), mais surtout par se qualité de jeu. Fidèle à l'image qu'il a donné depuis le début de la quinzaine, le Biterrois faisait étalage de son talent, en y ajoutant ce soupçon de confiance et de volonté qui lui faisaient souvent défaut jusque-là. Résultat: un break d'entrée, une vitesse de balle supérieure, et un premier set enlevé après 29 minutes (6-1), sur un revers millimétré le long de la ligne.

Malheureusement, cela n'a pas duré. Loin de son rendement espéré, le Britannique a modifié son jeu. Terminés les coups à risque, il décidait de jouer avec sa tête, et surtout avec le vent, pour arrondir les trajectoires, et repousser irrémédiablement son adversaire loin de sa ligne de fond de court. Plus loin, c'est moins de danger, et surtout un gain de terrain qui finit par se traduire au score. Une première fois, sur une attaque de coup droit, le 4e mondial faisait la différence en s'emparant de l'engagement adverse (4-2). Mais il perdait aussitôt cet avantage (4-4), et devait même sauver une balle de break au jeu suivant, avant de reprendre le dessus au meilleur des moments, puisque c'était pour s'emparer de la deuxième manche (6-4).

La chute physique

Après avoir touché à plusieurs reprises son dos (si douloureux contre Nieminen), Andy Murray ne semblait plus du tout le sentir... Et dans un set à sens unique, débuté par un break offert sur une double-faute de son rival, il prenait immanquablement le large, face à un Gasquet totalement hors du coup, donnant même l'impression de laisser filer le match. Il n'inscrivait ainsi que son dernier jeu de service pour s'incliner (6-1) en 24 minutes.

Avec un vent un peu mois fort et surtout l'obligation de réagir, la tête de série N.17 tentait de reprendre possession du terrain au début du 4e set. Mais toutes ses accélérations qui faisaient mouche en début de match, finissaient à côté de la ligne. Et sur un retour de revers gagnant de l'Ecossais, il concédait son service pour être mené (2-1). Fatigue ? Manque de lucidité ? Manque de réussite ? Peu importe, et comme en 2010, lorsqu'il avait mené deux sets à zéro au 1er tour contre ce même adversaire, Richard Gasquet se dirigeait inexorablement vers la défaite. D'autant que la tête de série N.4 réalisait le double break sur un coup droit décroisé (4-1). Alors que son efficacité et son physique semblaient décliner, ceux du Britannique augmentaient proportionnellement. 

A l'arrivée, pour la quatrième fois en sept matches, Andy Murray sortait vainqueur de son duel avec Richard Gasquet, qui rate une nouvelle fois la marche menant aux quarts de finale à Roland-Garros. Mais les nouvelles intentions offensives montrées durant le tournoi, et son talent toujours intact, peuvent l'inciter à avoir des pensées positives pour le reste de sa saison. Quelque chose a changé chez Richard Gasquet, comme en témoignent ses bras levés après avoir sauvé une balle de match au filet, ou encore ce revers "missile" le long de ligne sur une deuxième balle de match, alors qu'il était mené 5-1. Et s'il est en confiance, si son physique continue à progresser, de beaux espoirs lui sont permis.

Gasquet" il était dur à jouer" 

Dans sa conférence de presse, Richard Gasquet a regretté de n’avoir pas pu poursuivre sur la lancée d’un premier set assez abouti, dans un match qui a basculé au deuxième, et a rendu hommage à Andy Murray, « dur à jouer ».

« J’ai mieux commencé le match que je l’ai terminé. Le match était tendu. La clé était au cours du 2e set. J’étais bien. J’avais gardé ma confiance. Mais j’ai manqué quelques points, je n’ai pas eu de réussite. Ma confiance s’est émoussée. Tous ses coups sont des bons coups. Je n’ai pas converti deux balles de break. C’était le tournant. Après c’est difficile, il a fait de bons coups, avec beaucoup d’expérience et il a très bien joué. Face à un joueur comme ça c’est difficile. Il joue juste. Il fallait être là sur tous ses coups. Ensuite j’ai vraiment mal joué en début de troisième set. Et lui il sert bien, il retourne bien, il fait des amorties, il court partout c’est dur de faire un point gagnant. C’est vrai qu’il faisait mine d’avoir mal au dos, mais il ne m’a pas semblé trop blessé, il a beaucoup couru sans trop de problèmes C’est vrai que je suis déçu de la façon dont a tourné ce match. Il m’a manqué de peut-être de pouvoir prendre la balle un peu plus tôt, et un peu d’expérience…. Je suis déçu mais je suis quand même satisfait de mon parcours ici »

 

Gasquet: "Murray a très bien joué"

Voir la video