Camille Muffat 24072011
Camille Muffat | FRANCOIS XAVIER MARIT / AFP

Muffat, un bronze d'avenir

Publié le , modifié le

L'Italienne Federica Pellegrini, championne du monde en titre et désormais entraînée par Philippe Lucas, a remporté un deuxième titre d'affilée en 4 min 01 sec 97. Venue du 4 nages et championne du monde de 200 libre en petit bassin l'an passé à Dubaï, Camille Muffat a remporté une belle médaille de bronze en 4:04.06 derrière la Britannique Rebecca Adlington, champion olympique en titre, deuxième (4:04.01) avec seulement cinq centième d'avance.

"C'est une médaille, c'est forcément très bien, ça ne m'était encore jamais arrivé. Aux championnats d'Europe l'an dernier, je n'en avais pas eu", a rappelé la Française comme pour se convaincre qu'elle devait s'en réjouir. Très exigeante avec elle-même, la protégée de Fabrice Pellerin a rapidement viré dans l'autocritique. "Je pense que j'aurais pu faire bien mieux, c'est pour cela que je suis un peu déçue à l'arrivée. Ce matin, j'étais très facile pour nager 4"05, là, 4"04, c'est pas extra. Je peux nager bien plus vite que cela", a dit la Niçoise, dont le meilleur temps cette saison était de 4'03"23. "C'est normal d'être déçue, je fonctionne comme cela." Pour Philippe Lucas, l'ancien entraîneur de Laure Manaudou aujourd'hui aux côtés de Federica Pellegrini, la Niçoise sera redoutable sur 200 mètres. "Muffat est une fille dangereuse qui sera à mon avis la favorite du 200", a-t-il déclaré.

Propulsée sur le devant de la scène en 2005 après une victoire sur Laure Manaudou à seulement 15 ans, Camille Muffat, dont on oublie parfois qu'elle n'a encore que 21 ans, a tardé à concrétiser sur la scène internationale les grands espoirs placés en elle, allant de déception en déception lors des grands championnats. Le pari était donc risqué en début de saison. Abandonné ses courses de toujours, les 200 et 400 4 nages, et misé sur le 400 m libre. En faisant le pari, Muffat s'est libérée psychologiquement. Deuxième meilleure performeuse cette saison et impressionnante en série ce matin, la Française a fait une course un peu trop attentiste et tactique, se calant sur celle de Pellegrini. Parti sur un rythme tranquille, la course était menée par la Danoise Lotte Friis, pourtant spécialiste du 800m, qui a viré en tête au 50m, 100m, 150m et 200m.

En s'aidant avec ses jambes et un mouvement de bras économe (trois contre quatre à l'Italienne), Camille Muffat a progressivement remonté alors que l'Italienne Pellegrini est passée en tête au 250 m avant d'accélérer jusqu'au 300 m. La nageuse de Philippe Lucas a fait irrémédiablement le trou. Derrière, Muffat s'est placée en deuxième position au 300 m puis au 350 m. A la lutte avec Adlington pour la deuxième place, elle a un peu buté dans sa nage sur la fin pour mourir à quelques centièmes de l'argent. Une première mondiale en grand bassin qui devrait en appeler d'autres."C'est un grand pas de franchi de faire une médaille sur des championnats du monde", a-t-elle dit, comme pour évoquer un possible déclic.

Mathieu Baratas