Camille Muffat
Camille Muffat | AFP - FRANCOIS XAVIER MARIT

Muffat, l’insatiable perfectionniste

Publié le , modifié le

A 23 ans, Camille Muffat est devenue l’une des grandes stars de la natation française et internationale. Championne olympique l’été dernier à Londres sur 400m nage libre, championne du monde en petit bassin sur 200m nage libre en 2010, triple championne d’Europe en petit bassin en 2012, elle va chercher l’or mondial en grand bassin à Barcelone. Elle débute aujourd'hui avec les séries du 400m.

Il est loin le temps où Camille Muffat créait la sensation en battant Laure Manaudou et son record de France sur 200m 4 nages. C’était en 2005, elle n’avait que 15 ans. En huit ans, la Niçoise a changé de dimension. A chacune de ses sorties, le chrono est épié plus que sa position. A chacun de ses plongeons, quelque soit son niveau de fatigue, elle frôle ou bat les meilleures performances mondiales de l’année.

Avec elle, tout paraît évident, tout paraît simple. Quelque soit sa performance, à la sortie du bassin, son visage affiche son état d’esprit. A Rome, en 2009, elle ne cachait pas sa déception, presque sa colère, d’avoir fini 8e de sa première finale d’un Mondial, alors qu’elle n’avait que 19 ans. Cette soif de vaincre, cette envie de perfection, elle les a toujours en elle, et cela se marie bien avec l’approche de son entraîneur, Fabrice Pellerin. Coach exigeant, qui n’hésite pas à conserver une haute dose d’entraînement lors des échéances intermédiaires pour mieux préparer son groupe à leurs objectifs principaux, il demande beaucoup à ses troupes. Malgré son titre olympique, la Niçoise est repartie dans ce combat quotidien contre le chrono, contre elle-même, contre la lassitude. Tout cela pour ramener l’or mondial en grand bassin, elle qui n’a touché jusque-là que le bronze, à Shanghai (sur 200 et 400m nage libre).

Ayant fait ses premières armes sur les épreuves de 4 nages, Camille Muffat est désormais bien positionnée sur le crawl, sur 200 et 400m. A Londres, elle avait dû, au lendemain de son sacre olympique sur 400m, replonger dans le bassin pour le 200m, ramenant finalement l’argent derrière Allison Schmitt, qui l’avait secondée sur 200m. Absente à Barcelone, l'Américaine pourrait trouver en Missy Franklin une compatriote susceptible de barrer la route à la Française. Dans la piscine de Montjuic, Muffat participera à ses quatrièmes championnats du monde, soit deux de plus que Laure Manaudou, l’ancienne référence de la nage française qu’elle pourrait reléguer au deuxième plan si elle se parait d’or. A seulement 23 ans.

Vidéo: Camille Muffat repart au travail après les JO (Stade 2 du 11 novembre 2012)

Voir la video-->Voir la video

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze