peloton coureurs 030712
. | AFP

Morne plaine

Publié le , modifié le

Le Tour relie la Normandie à la Picardie, jeudi, entre Rouen et Saint-Quentin, dans une 5e étape longue de 196,5 kilomètres et encore une fois à l'avantage des sprinteurs. Sur cette morne plaine, il va falloir s'attendre encore une fois à une course ennuyeuse à moins que, enfin, une échappée puisse aller au bout.

Le parcours: un billard pour les sprinteurs

Le parcours, sans aucune côte répertoriée, passe par cinq départements (Seine-Maritime, Eure, Oise, Somme, Aisne). Il traverse la forêt de Lyons en début d'étape et visite plusieurs châteaux , entre autres sites remarquables, avant de rejoindre Saint-Quentin. Le dernier virage, à angle droit, est placé à 1300 mètres de la ligne, la dernière courbe, très large, ne sera pas un handicap pour les sprinteurs qui auront encore la possibilité de s'exprimer. A moins que quelques baroudeurs parviennent enfin à mener leur offensive à bien. La pluie attendue sur la route pourrait peut-être modifier modifier un peu la donne.

Le chiffre: 13

Alors que la Normandie rend hommage sur ces deux jours à la "légende" Jacques Anquetil, quintuple vainqueur du Tour, les statistiques rappellent que "Maître Jacques" détient le record de podiums dans les trois grands tours: 13 au total. C'était une époque où les champions ne se focalisaient pas sur une seule grande compétition. 

L'anecdote: déjà les Champs-Elysées ?

L'étape arrive à Saint-Quentin dans une aire de verdure paradisiaque, même si ce quartier est baptisé  Champs-Elysées, ce qui constitue selon la mythologie, un lieu des Enfers où les héros goûtent à un repos mérité. Les héros du peloton se seront sans doute employés à bien figurer sur la ligne. Et pour les sprinteurs qui ne sont pas certains d'arriver jusqu'à Paris, c'est peut-être une occasion inespérée de gagner sur les Champs-Elysées. 

Christian Grégoire