Gaël Monfils
Gaël Monfils dans son fief parisien | DR

Monfils, net et sans bavure

Publié le , modifié le

Gaël Monfils s'est qualifié pour les huitièmes de finale des Internationaux de France en dominant en 2h00, le qualifié belge Steve Darcis : 6-3, 6-4, 7-5. Appliqué et dominateur dans l'échange, hormis une alerte dans la troisième manche, il a fini la partie en trombes. Au prochain tour, le N.1 français sera opposé à la "mobylette" David Ferrer. Richard Gasquet sera lui aussi de la partie après son succès face au Brésilien Bellucci 6-2, 6-3, 3-6, 6-3.

« J’espère un déclic ». C’est en ces termes que Gaël Monfils avait commenté sa victoire étriquée face à Guillaume Rufin, au deuxième tour des Internationaux de France. Face au Belge Steve Darcis, le déclic n’a peut-être pas eu lieu mais c’est un numéro 9 mondial appliqué sur l’ensemble du match qui a évolué sur le court 1 pour s’imposer : 6-3, 6-4, 7-5.
Au prochain tour, il retrouvera l’Espagnol David Ferrer (N.7). L’occasion de retrouvailles trois ans après le quart de finale qu’ils avaient disputé à la Porte d’Auteuil. Le Français s’y était imposé, pour s’offrir la seule demi-finale de sa carrière. Monfils mène 2-0 dans leurs confrontations, grâce à une autre victoire de prestige en quart de finale de la Coupe Davis en 2010. Dans l’atmosphère glaciale du court numéro 1, entre les rafales de vent et sous des nuages de plus en plus menaçant, Gaël Monfils a offert un match appliqué. Loin, très loin de son attitude dilettante observée lors de son match contre Rufin.A 3-2 dans la première manche, le numéro 1 français s’est emparé du service de son adversaire. Face à un joueur appliqué et puissant, Monfils a réussi à faire parler son expérience (52% de premières balles et 78% de points gagnés derrière) finir le travail à 6-3 en 37 minutes. Le deuxième set a offert un scénario quasi-similaire. Sans réellement écraser son adversaire, l’Antillais faisait la course devant pour conclure tranquillement 6-4 en 39 minutes. Il paraissait d’ailleurs filer vers une victoire facile lorsque la machine s’est enrayée. Au début de la 3e manche, Monfils écartait une balle de break à 1-0 pour son adversaire avant de recoller. Mais cette alerte était annonciatrice d’un dérèglement du Mousquetaire.

Deux jeux plus tard, le Français cédait son engagement sous un nouveau coup d’accélérateur du Belge. Mais à 5-3, le numéro 9 mondial haussait son niveau de jeu pour s’emparer du service et de se relancer. A 5-5, il rééditait sa performance pour tuer le match 7-5, en un peu plus de deux heures. Pour la première fois de la quinzaine, Monfils s’épargne un quatrième set. Autant d’énergie économisée avant son prochain contre l’accrocheur David Ferrer. La belle histoire continue pour le Parisien, qualifié pour les huitièmes de finale sur l'ocre de la Porte d'Auteuil pour la quatrième fois depuis 2006. Mais pour aller plus loin, il faudra montrer un autre tennis. "Mon bilan est assez simple: la première semaine est finie. Ce n'était pas facile au niveau de mon jeu, reconnaît le 9e joueur mondial. Mais maintenant c'est un nouveau tournoi qui commence. Je regarde devant. J'ai vécu sur mes acquis, maintenant il va falloir que je sois beaucoup plus performant sur tout. Si je joue comme ça contre Ferrer je vais me faire déchirer. Mon niveau moyen n'est pas assez fort pour me battre. Mais je me sens capable de changer du tout au tout, je me connais. C'est ce qui s'était notamment passé à Bercy l'an dernier." Bis repetita à Roland-Garros ?

Que dire de la performance de son alter ego Richard Gasquet ? A l'image de Monfils, la tête de série N.13 a alterné le bon et le moyen pour venir à bout du coriace brésilien Thomaz Bellucci. En confiance, Gasquet a attaqué pied au plancher et s'est très vite placé en tête de ce match. Malgré une frayeur dans le 3e set, le Français a fini par s'imposer. C'est la première fois de sa carrière qu'il se hisse en huitièmes de finale à Paris où son meilleur résultat avait été un troisième tour en 2005. "J'avais gagné de beaux matches en Grand Chelem mais ça me manquait à Roland-Garros. Ca a été super dur, il m'a breaké d'entrée au quatrième set mais le public m'a beaucoup aidé. Je suis super heureux d'être en deuxième semaine. Maintenant je n'ai plus de pression, j'ai vraiment envie de faire un gros match face à Novak et Juan Martin", a déclaré Gasquet. En effet, le Bitérois aura un défi de taille à relever dimanche soit face à Djokovic, invaincu depuis le début de l'année, soit face à Del Potro, ancien N.4 mondial qui revient en grande forme.Mais Gasquet pourrait bien bénéficier d'un jour de repos de plus que son adversaire car le choc très attendu entre Djokovic et Del Potro, programmé en clôture sur le Central derrière le match de Tsonga, n'avait toujours pas commencé et a finalement été déplacé sur le Suzanne-Lenglen.

Voir la video