Gaël Monfils
Gaël Monfils | AFP - Martin Bureau

Robredo renverse Monfils

Publié le , modifié le

Tommy Robredo a obtenu son ticket pour les huitièmes de finale des Internationaux de France en disposant de Gaël Monfils en cinq sets et plus de trois heures et demi, 2-6, 6-7(5), 6-2, 7-6(3), 6-2. Il affrontera au prochain tour le vainqueur du match entre son compatriote Nicolas Almagro (N.11) et l'Italien Andreas Seppi (N.20).

Le premier set est facilement tombé dans l’escarcelle de Gaël Monfils (81e mondial). Omniprésent, offensif, la Monf’ profitait de son énorme coup droit pour fissurer la cuirasse de Tommy Robredo (N.32) qui ne parvenait pas à résoudre l’équation de la puissance adverse (6-2). Le deuxième acte était plus serré avec un Espagnol plus mobile et plus entreprenant. Le Parisien gâchait une opportunité sur une première balle de set mais il effectuait le nécessaire dans le jeu décisif –sur deux ou trois points clefs- pour déborder son rival (7-5).

Monfils attaque bille en tête

Combattant hors pair, comme en témoigne sa victoire en cinq manches au tour précédent contre le Batave Igor Sijsling, Robredo s’est relancé en remportant le troisième acte (6-2) contre un Monfils subissant un vrai contrecoup après les efforts déployés depuis le début du tournoi.

Le Catalan faisait la course en tête dans le quatrième set (1-0 puis 3-2). A 3-3, Monfils se procurait une occasion de breaker après un magnifique coup droit d’attaque. Dans la foulée, la bande du filet choisissait son camp sur un coup droit de Robredo. La petite balle jaune retombait dans son camp, permettant au showman français de virer en tête au moment propice. Un break confirmé juste derrière (5-3) pour le plus grand plaisir des fans tricolores du court Suzanne-Lenglen, heureux de voir leur favori leur offrir un nouveau grand moment de bravoure.

Robredo sauve quatre balles de match

Malheureusement pour lui, le Français ratait deux balles de match sur le service de Robredo puis deux autres sur son engagement au jeu suivant. L'Ibère reprenait l'avantage (6-5). Mieux, il s’adjugeait le jeu décisif qui suivait sans coup férir, grâce notamment à ses gifles de coup droit (7-3).

Monfils accusait clairement le coup. Harassé physiquement et mentalement cuit, le Francilien ne tenait pas la distance dans la manche décisive. Robredo prenait le jeu à son compte, breakait deux fois Monfils, et concluait sur un jeu blanc digne du K.O. qu’il venait d’infliger à son rival après avoir été dans les cordes une grande partie de la rencontre.

Vidéo: Monfils déçu après être passé tout près de la victoire

Voir la video