Gaël Monfils
Gaël Monfils a eu raison de l'Espagnol David Ferrer et continue sa route | AFP

Monfils en quart

Publié le , modifié le

Gaël Monfils s'est qualifié pour les quarts de finale de Roland-Garros en dominant l'Espagnol David Ferrer 6-2, 2-6, 7-5, 1-6, 8-6. L'interruption du match la veille n'a pas déstabilisé le Parisien qui après avoir laissé filer le 4e set (puis trois balles de match), s'est imposé. C'est la troisième fois qu'il atteint ce niveau de la compétition aux Internationaux de France. Le prochain tour sera plus compliqué encore, avec un duel face au Suisse Roger Federer.

Sur le court Lenglen, le Français, numéro 9 mondial a assuré le spectacle face à l’un des outsiders du tableau, David Ferrer. Après trois premiers tours en dents de scie, le numéro 1 tricolore a soutenu la comparaison face au numéro 7 mondial, finaliste sur la terre battue de Monte-Carlo et Barcelone : 6-4, 2-6, 7-5, 0-2. De quoi rappeler que Monfils se plait à rencontre le puncheur espagnol. En 2008, les deux hommes s’étaient déjà rencontrés à la Porte d’Auteuil et le Français s’était imposé en quatre manches. De bon augure pour la suite ? En cas de qualification, il pourrait retrouver Roger Federer (N.3).

Entré sur le terrain plus conquérant que son adversaire, Monfils ravissait la mise en jeu adversaire et s’envolait dans la première manche pour mener 4-1. Avec une longueur de balle retrouvée, une défense de fer et des accélérations fulgurantes grâce à son revers long de ligne, « La Monf » parvenait à prendre de vitesse un adversaire réputé impossible à déborder. Même s’il perdait l’un de ses services d’avance, Monfils concluait la manche 6-4 en 42 minutes. Impressionnant de maîtrise, le Français électrisait la foule du Lenglen, emporté dans une irrésistible ola. Malheureusement, la deuxième manche a vu l’ancien demi-finaliste en 2008 retomber dans ses anciens travers.

Le jeu du Français a sombré à mesure que l’ombre avançait sur le Suzanne Lenglen. Plus attentiste, « Sliderman » s’est campé loin derrière sa ligne. Trop loin pour perturber un Ibère en pleine confiance dans ses coups qui breakait (2-1) et concluait la manche 6-2 en 38 minutes. Le scénario du troisième set semblait similaire. La manche ne semblait plus pour échapper à l'Espagnol avant que Monfils ne réagisse pour revenir dans le match et s'imposer au forceps : 7-5. Mais même mené deux sets à un, l'accrocheur Ferrer ne laissa pas la rencontre lui échapper. Plus explosif que son adversaire, il breaka d'entrée pour se détacher (2-0). Heureusement, l'interruption de la nuit permettait d'arrêter un Ibère en pleine prise de confiance.

Porté par le public

Mené 2-0 dans cette quatrième manche, le Parisien laissait clairement filer les échanges, pour ce concentrer sur le cinquième et dernier set. Il parvenait toutefois à se remettre sur les bons rails en remportant son service sur un jeu blanc pour revenir à 5-1, mais après moins d’un quart d’heure, il offrait ce set à son adversaire 6-1. Compte tenu du déroule ment de cette quatrième manche, le public de la Porte d’Auteuil s’inquiétait de la suite qu’allaient prendre les opérations. Mais c’était mal connaître Monfils, tête de série N.9, qui allait justement puiser sa force auprès des spectateurs. Tout commençait bien pour le Français, qui breakait assez rapidement sur un retour explosif, pour mener 3-1. Le public recommençait à l’acclamer, comme la veille, et l’on sentait que la mayonnaise prenait. Et Monfils profitait surtout d’un gros passage à vide de l’Espagnol, que l’on sentait crispé comme l’attestait une nouvelle double faute de la tête de série N.7.

A 5-3, « La Monf’ » s’offrait deux balles de match. On pensait que la messe était dite, mais Ferrer démontrait qu’il n’avait encore pas dit son dernier mot, et grâce à un jeu plus tactique que son adversaire, alternant coups croisés, accélération et amortis, le natif de Javea sauvait ces deux balles de match. Il en profitait même pour recoller à 5-5, mais porté une fois encore par le public et un coup droit monstrueux, Monfils se procurait une nouvelle balle de match à 6-5. Une fois encore, Ferrer négociait bien le point et renvoyait le Parisien dans les cordes avec un passing long de ligne. Finalement, la quatrième balle de match était la bonne pour Monfils qui s’imposait après 4h07 d’une belle bagarre, 6-2, 2-6, 7-5, 1-6, 8-6.

"Je ne me suis pas lâché à 100%, mais j’ai trouvé un super niveau de jeu, et jouer devant ce public, c’est vraiment incroyable", a-t-il indiqué devant les spectateurs du Suzanne-Lenglen. "C'est l'un des plus beaux matchs de ma carrière. J'aime ici disputer des combats difficiles et j'ai eu pas mal de matchs en 5 sets", a-t-il dit un peu plus tard. Interrogé sur son prochain adversaire (Roger Federer), le joueur Français reste lucide, mais garde confiance. "Roger, pareil, je pense que l'on n'en parle pas beaucoup, mais je crois qu'il déchire quand même tous ses adversaires depuis le début du tournoi, cela va être encore un match dur et peut-être même plus dur que ceux que j'ai eus par le passé avec lui, parce que je pense que les médias n'en ont pas trop parlé mais moi, j'ai eu l'occasion de parler avec lui au début du tournoi et de voir ses matches, et là il était en grande forme et je pense qu'il a pas mal de choses à prouver. Je m'attends à un match super dur."

Voir la video

Voir la video

Romain Bonte