Mondiaux de ski de bosses : Perrine Laffont championne du monde en ski de bosses individuel, Benjamin Cavet décroche l'argent

Publié le , modifié le

Auteur·e : Jean-Baptiste Lautier
Perrine Laffont et Benjamin Cavet à Idre Fjäll
Perrine Laffont et Benjamin Cavet à Idre Fjäll, le 12 décembre 2020. | NISSE SCHMIDT / TT NEWS AGENCY / TT News Agency via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les Bleus en feu ! Perrine Laffont a remporté la médaille d’or aux championnats du monde de ski de bosses en individuel ce lundi 8 mars à Almaty alors que Ben Cavet a décroché lui l’argent chez les hommes. Après avoir dominé les qualifications, Laffont a ensuite surclassé ses adversaires pour remporter le seul titre qui manquait à son palmarès. Elle a devancé la Kazakhe Yuliya Galysheva et la Russe Anastasiia Smirnova. Benjamin Cavet a lui été devancé par l’ogre canadien Mikaël Kingsbury.

C’était le seul titre qui lui manquait, Perrine Laffont a corrigé cet affront à son immense palmarès. La Française a encore prouvé qu’elle était bien la reine des bosses en décrochant la médaille d’or à Almaty (Kazakhstan) après le bronze et l’argent glané en 2019 et 2017. Elle était l’immense favorite de la compétition après avoir survolé le début de la saison, remportant quatre des cinq épreuves qu’elle a disputées cette saison. À seulement 22 ans, la championne Olympique a désormais tout gagné.

Perrine Laffont était déjà à l’heure tôt ce matin en dominant les qualifications avant de dérouler en finale. Parfaite sur la piste, ne se faisant pas piéger par le changement de rythme au milieu du run, comme sur les sauts, la Française (82,11) a devancé la locale et tenante du titre Kazakh Yuliya Galysheva (79,52) et la Russe Anastiasiia Smirnova (79,41) pour se vêtir de la casaque de championne du monde. Très émue à l'annonce du résultat, elle détient désormais l'ensemble des titres mondiaux et olympiques.

Ben Cavet maté par le "King"

Benjamin Cavet aurait bien imité sa compatriote pour empocher le titre mondial mais il n’a rien pu faire. Vainqueur des qualifications, le Français (82,43) a été surclassé en finale par l’ogre de la discipline Mikaël Kingsbury (87,36), neuf fois vainqueur de la coupe du monde de ski acrobatique et pourtant victime d'une fracture de deux vertèbres il y a près de deux mois, en décembre 2020. Derrière le Québécois, le natif de Maidstone au Royaume-Uni décroche malgré tout la médaille d'argent comme il y a quatre ans en Sierra Nevada. Le Kazakh Pavel Kolmakov (82,23) empoche la médaille de bronze.