Bauke Mollema
Le coureur hollandais Bauke Mollema (Belkin) | AFP - YUZURU SUNADA

Mollema et Ten Dam, ces Néerlandais qui montent

Publié le , modifié le

L'Alpe-d'Huez, col mythique du Tour de France, l'est encore plus pour les Néerlandais. Ca tombe bien, ils sont deux dans les 10 premiers, Bauke Molleman (4e à 6 min 23) et Laurens Ten Dam (7e à 8 min 23), avant de s'élancer pour le morceau de bravoure de ce 100e Tour. Les deux coureurs de la Belkin abordent cette étape avec le souvenir glorieux des anciens Bataves qui ont marqué l'histoire des 21 lacets. Un rendez-vous incontournable qu'ils ne veulent pas manquer.

Il y a eu de la casse à la Belkin ce mercredi. Le contre-la-montre entre Embrun et Chorges a fait mal à ses deux leaders, les deux Néerlandais Bauke Mollema et Laurens Ten Dam. Le premier a perdu sa deuxième place au classement général pour glisser au pied du podium, le second a chuté. "Je suis tombé dans le final. J'étais à la limite. Cette chute à 5 ou 6 kilomètres de l'arrivée m'a coûté une trentaine de secondes. Je m'en tire avec de la peau râpée dans le dos", a assuré l'aîné des deux cyclistes. Ce jeudi matin, 4 minutes les séparent, mais aucun des deux n'a l'intention d'abandonner l'autre. Surtout aujourd'hui. "On est de niveau similaire en montagne. La dernière semaine sera dure et il faudra s'aider. Au Ventoux, il m'a aidé quand je n'étais pas très bien et s'il en a besoin, je l'aiderais aussi", expliquait Mollema avant l'entame de cette terrible dernière semaine. Une solidarité érigée en tactique au sein de Belkin. A moins que ce ne soit l'inverse.

"On va essayer de les faire rester ensemble, comme on les a vus au Ventoux. Comme ça, tous les deux restent placés au classement général, c'est notre meilleure option", a expliqué Nico Verhoeven, le directeur sportif. Huitième et 9e au sommet du Ventoux dimanche, à un peu moins de deux minutes de Froome, ils rêvent de victoire au sommet de l'Alpe. Car pour tout un pays, l'Alpe-d'Huez et ses 21 virages sont mythiques. Depuis le premier succès d'un des leurs - Joop Zoetemelk en 1976 - le peuple batave cultive son admiration pour ce sommet, rebaptisé "la Montagne aux Hollandais". Ils sont cinq à avoir inscrit leur nom au palmarès de ce col (Zoetemelk en 76 et 79, Kuiper en 77 et 78, Winnen en 81 et 83, Rooks en 88 et Theunisse en 89). Mollema rêve d'être le sixième. "Je suis excité par l'étape de demain (jeudi, ndlr)" a-t-il lancé mercredi malgré la déconvenue du contre-la-montre. Rien de mieux qu'une légende pour se remettre en selle.

Renouveau

A 26 ans, ce coureur timide rassemble, avec Ten Dam, les espoirs de tout un peuple. "Ca fait longtemps qu'on n'a pas eu de coureurs néerlandais aussi bien placés dans le Tour !", souligne Nico Verhoeven, le directeur sportif de Belkin, la formation née sur les cendres de la Rabobank. Douzième du Tour d'Italie 2010 et 4e du Tour d'Espagne 2011, Mollema a du forcer sa nature pour s'imposer au sein de sa formation. "Il a aussi appris à être leader. Avant, il était  tellement timide qu'il ne demandait rien. Ses équipiers lui ont dit: Ce n'est  pas à nous de te demander ce qu'on doit faire, tu dois nous le dire. Il s'est amélioré sur cet aspect sur le dernier Tour de Suisse et encore sur le Tour de  France", a précisé son directeur sportif. Une prise de conscience qui rime avec confiance, celle née de son travail effectué ce printemps sur les pentes de la Sierra Nevada, à plus de 2.000 mètres d'altitude.

"J'ai toujours aimé grimper. J'ai progressé régulièrement dans la montagne.  Depuis l'an dernier, j'ai pris de l'expérience et je m'entraîne aussi beaucoup en Espagne, vers Alicante". Près de Valence où il s'est installé voilà deux ans, Mollema a vu l'engouement autour de lui grandir. Et parmi le million de personnes attendu sur les pentes de l'Alpe ce jeudi, les milliers de Néerlandais présents seront là pour lui, victimes consentantes de la "Mollemania" qui s'est emparée des Pays-Bas. "Ça va être vraiment particulier pour tous le coureurs néerlandais et pour moi aussi. C'est une sensation extraordinaire, il y a un tel soutien et je vais vraiment en avoir besoin !", a-t-il assuré. Ten Dam aussi. Le public batave, lui, ne demande que ça.