Amaël Moinard
Le coureur français de la BMC, Amaël Moinard | MAXPPP - WORLDPICTURES - NICOLAS GOTZ

Moinard : "Il faut attendre la haute montagne"

Publié le , modifié le

Coéquipier de Cadel Evans chez BMC, Amaël Moinard est confiant. Même si les Sky ont créé un petit écart avec Wiggins, le Français pense que la haute montagne et la fraîcheur pourraient faire pencher la balance de leur côté.

Question : Comment va le moral chez BMC ?
Amaël Moinard : « Le moral est plus que bon parce qu’on est deuxième au classement général. C’est toujours une performance sur le Tour de France. L’objectif final c’est de gagner à Paris. Pour l’instant on est dans la course. Cadel reste sur son plan de départ. Il n’a pas perdu de temps lors de la première semaine. La grande montagne n’a pas commencé donc il faut rester méfiant. Il ne faut pas oublier que la dernière semaine est souvent celle des surprises, des hommes frais et des gros écarts. Tout va bien, on ne bouge pas de notre tactique. »

Q : Vous avez les moyens de bousculer les Sky ?
AM : « Ils ont montré depuis le début de saison qu’ils étaient très forts. Ils ont gagné toutes les courses à étapes où j’ai participé (Paris-Nice, Tour de Romandie, Dauphiné, Algrave). Les retrouver là, c’est loin d’être une surprise. Ils n’ont pas encore montré de signes de faiblesses. Il faut attendre la haute montagne avant de tirer des conclusions hâtives. »

Q : Votre rôle et celui de l’équipe sera important pendant les jours qui viennent
AM : « Toute l’équipe va aider Cadel. C’est une tâche difficile même si on n’a pas la course à prendre en main. Cadel a toujours besoin d’avoir des coureurs à ses côtés pour le positionnement au pied des cols, pour éviter de perdre des forces pour se placer seul. Ça le met en confiance d’être entouré. On va tous donner notre maximum pour mourir les armes à la main. »