Mickaël François
Mickaël François | Eric Lalmand-Belga Mag-AFP

Mickael François passe le premer cap

Publié le , modifié le

Dans un 400 m haies où les Français ne figurent plus parmi les favoris, la qualification de Mickaël François dans le temps de 50"02 est à considérer comme une belle satisfaction. 4e de sa série, le sociétaire du club de Joinville retrouvent des sensations et, à 25 ans, franchit enfin un palier.

Longtemps considéré comme un Espoir qui ne parvenait pas à confirmer, Mickaël François a longtemps dû batailler pour faire progresser ses chronos. "A partir de 2009, j’ai vécu des moments compliqués. Il y avait beaucoup d’espoirs placés en moi et je n’ai pas réussi à répondre aux attentes. Heureusement, certaines personnes ont continué à croire en moi et, aujourd’hui, ça paye" .S'il n'a pas toujours pu s'entraîner dans les meilleures conditions, à force de travail et de persévérance, il est tout de même parvenu à se hisser parmi les meilleurs hurdlers français. 

Le déclic s'est produit au printemps lorsqu'il est passé pour la première fois sous les 50 secondes. "J’ai mis du temps à réaliser un vrai chrono sous les 50", mais beaucoup de gens ont continué à croire en moi, et moi le premier. J’ai énormément travaillé pour en arriver là. Mais comme on dit : mieux vaut tard que jamais.Il fallait surtout dépasser la barrière psychologique. Passer sous les 50’, ça change beaucoup de choses. Une fois qu’on a franchi ce cap, on se sent capable de rééditer cette performance".

Son retour en Bleu semble lui avoir redonné du tonus. "Je voulais d'abord participer aux Mondiaux, et j'y suis parvenu. Ensuite mon objectif était de passer les qualifications et j'ai atteint la demi-finale. C'est une belle satisfaction mais si je suis conscient que la finale constitue une marche supplémentaire". Cela s'annonce en effet compliqué pour Mickaël François, car pour intégrer le Top 8, il devra sans doute réussir à descendre sous les 49 secondes.

Vidéo: la course de François

 

Christian Grégoire