Mahiedine Mekhissi
Mahiedine Mekhissi | AFP - OLIVIER MORIN

Mekhissi n’a que l’or en tête

Publié le , modifié le

Deuxième performeur mondial cette saison, Mahiedine Mekhissi ne vise que la victoire aux Mondiaux de Moscou. Dans la capitale russe, le double vice-champion olympique de 28 ans est le seul à pouvoir contester la suprématie kényane, plus d’un mois après avoir fait tomber le record d’Europe du 3000 mètres steeple.

Mahiedine Mekhissi est un homme de parole. A la veille du meeting Areva le 5 juillet, le Reimois annonce viser le record d’Europe détenu par son compatriote Bob Tahri (8’’01’18). Le lendemain, l’athlète de 28 ans enflamme le Stade de France pour boucler son 3000 m steeple en 8’’00’09. La marque continentale est tombée. « Objectif atteint, j’ai rempli mon contrat, déclarait sobrement le Français à sa sortie de piste. Le but c’était d’effacer le record d’Europe, c’est chose faite. » Cette confiance en lui, le Français la cultive depuis son titre de champion d’Europe espoirs décroché à Debrecen en 2007.

Contrer les Kényans

L’année suivante, à 23 ans à peine, il tient tête au Kényan Kipruto jusqu’au bout, s’inclinant d’un souffle à Pékin. La médaille d’argent olympique autour du cou, Mekhissi vient de supplanter la référence tricolore du « 3000 steeple » Bob Tahri. La passe d’arme se confirme deux ans plus tard à Barcelone. Sur le tartan catalan, le jeune loup devance son aîné pour s’adjuger un premier titre de champion d’Europe. A la différence de Tahri, souvent placé mais rarement gagnant, Mekhissi a conservé son titre européen à Helsinki et ajouté l’or aux championnats d’Europe en salle de Göteborg cette saison sur 1500 m. « Je m’entraîne pour faire des grosses performances (…). J’ai désormais un statut de leader que j’assume avec fierté », affirme celui qui se prépare aux grandes compétitions à Font-Romeu.

Depuis ses débuts chez les pros, le protégé de Philippe Dupont est toujours monté sur le podium du 3000 m steeple en grandes compétitions. Détenteur du deuxième chrono référence cette saison, le médaillé de bronze des derniers Mondiaux à Daegu ne se formalise pas avec la domination des Kényans, à l’aube de l’ouverture des hostilités à Moscou. « On va travailler les courses tactiques et de championnats pour pouvoir aller chercher la médaille d’or. L’écart se réduit avec les Kényans », assure même le vice-champion olympique à Londres l’été dernier. Seul non-Kényan présent dans les sept meilleurs chronos de la saison, Mahiedine Mekhissi y croit dur comme fer. Pourtant, difficile d’imaginer le « steeplechaser » tricolore faire la nique à la référence de la discipline Ezekiel Kemboi. Double champion du monde en titre, le Kényan de 31 ans a l’occasion de coiffer une troisième couronne consécutive. Un exploit historique dans une nation qui compte neuf des treize titres mondiaux distribués dans cette épreuve.

Descendre sous les 8 minutes

Nanti de la meilleure performance mondiale de la saison signée à… Paris, Kemboi semble intouchable. Le double champion olympique a même attendu Mekhissi dans la capitale pour l’aider à battre le record d’Europe, avant de le lâcher sans problème pour remporter la course. « J’ai fait trois courses en huit jours et les trois fois j’ai battu mon record personnel sur 2000, 1500 et 3000 m steeple, avançait Mahiedine Mekhissi après sa perf’ parisienne. Ca prouve que je progresse et que je continue d’avancer. Je suis sur le bon chemin mais la prochaine étape, c’est de descendre sous les 8 minutes. » Une condition sine qua non pour espérer prendre le dessus sur la meute kényane. Sur la piste russe, Kemboi ne l’attendra pas.

Vidéo: Mekhissi débarque à Moscou

 

 

Jerome Carrere