Sprint, 12e étape
Matt Goss remporte le sprint du peloton mais se fait déclasser suite à un écart devant Peter Sagan | PASCAL PAVANI / AFP

Marie : « Beaucoup d’incompréhension »

Publié le , modifié le

Lionel Marie regrette la décision du jury des commissaires qui a déclassé son sprinteur Matthew Goss à Annonay. Le directeur sportif d’Orica-GreenEdge est frustré mais il pense que l’Australien a les moyens de remporter une étape sur le Tour.

Question : Vous êtes encore en colère après le déclassement de Matthew Goss ?
Lionel Marie : « Il y a de la frustration et de l’incompréhension de notre part d’une décision aussi brutale. On perd trente points quand même et c’est remettre en cause toute la tactique initiale et la chasse au maillot vert. Le motif, c’est mettre en danger le sprint du peloton. Je ne vois pas où était le danger et je pense qu’il y a eu des sprints plus houleux. »

Q : Il y a eu du zèle ?
LM : « Le stress présent sur le Tour de France existe aussi chez les commissaires. Peut-être qu’il aurait été plus sage de prendre un peu de temps pour visionner. Au moins un quart d’heure et non pas tout de suite après. La Comedia dell’arte de Sagan a peut-être influencé le système. »

Q : C’est dommage pour le maillot vert
LM : « L’objectif d’hier était de juguler Sagan pour pas qu’il prenne de points. On avait réussi à faire ce qu’on voulait. Sagan était un petit peu nerveux depuis quelques jours car son équipe l’avait mis dans ses stratégies pour Nibali. Il se sentait peut-être un peu en danger et il a commis des erreurs. On en a profité mais malheureusement sur la fin on perd trente points. C’est lourd de conséquence. »

Q : Goss peut-il gagner un sprint ?
LM : « Oui bien sûr. Mais Matthew manque un peu de fraîcheur et aussi de train. L’équipe n’a que six mois d’existence donc il faut mettre en place des choses, ça prend du temps. On a un bon principe, ça devrait fonctionner. Laissons nous un peu de temps pour ajuster les choses. Il est présent, ça va s’ouvrir. Il a déjà battu Cavendish par le passé, il peut le faire dans l’avenir. »