Marcel Kittel 2e victoire 09072013
Marcel Kittel remporte sa deuxième étape | AFP

Marcel Kittel remet ça

Publié le , modifié le

Marcel Kittel (Argos-Shimano) n'a pas tremblé à Saint-Malo, remportant ce mardi la dixième étape du Tour de France, devant André Greipel et Mark Cavendish. L'Allemand empoche ainsi son deuxième succès de l'édition 2013, après l'étape inaugurale à Bastia. Le sprint final a été marqué par la lourde chute du Néerlandais Tom Veelers, coéquipier du vainqueur du jour, clairement déséquilibré par Mark Cavendish. Sans surprise, Chris Froome (Sky) conserve le Maillot Jaune de leader, une tunique que le favori défendra mercredi lors d’un contre-la-montre individuel jusqu’au Mont-Saint-Michel.

"Je suis tellement content d'avoir gagné à nouveau", a réagi Kittel. "J'ai réussi à me mettre dans la roue de Greipel pour le dépasser. Pour moi le rêve peut continuer. J'espère juste que la chute [de Veelers] n'aura pas trop de conséquences, et qu'il ne sera pas blessé". 

Cavendish déclassé ?

Le geste de Mark Cavendish, qui sort de sa trajectoire et percute le poisson-pilote néerlandais de Kittel dans les derniers mètres du sprint, est actuellement étudié par les commissaires de course. En 2009 (14e étape) et en 2011 (3e étape), sur le Tour, le Britannique avait déjà été déclassé pour deux gestes similaires face à Thor Hushovd. 

"Je crois ça se voit sur la vidéo, Mark me rentre clairement dedans", a estimé Tom Veelers, qui s'en est plutôt bien sorti étant donné la violence de la chute. "Ce n'est pas à moi de décider s'il doit être déclassé. Je me sens pleins d'ecchymoses mais ça devrait aller pour demain". 

Une seule échappée...

Les routes bretonnes, noires de monde de Saint-Gildas-des-Bois à Saint-Malo, ont accueilli ce mardi l’étape la plus calme du Tour 2013 depuis le grand départ en Corse. Après deux passages complètement fous dans les Pyrénées, le peloton s’attaquait à une portion bien plus plate du parcours. Retour, donc, à une configuration plus « traditionnelle » : une échappée au long cours, une accélération du peloton sur la fin et un sprint massif final relativement prévisible.

Au kilomètre zéro, cinq hommes prenaient ainsi la poudre d’escampette : Luis Angel Maté (Cofidis), Juanjo Oroz (Euskaltel), Jérôme Cousin (Europcar), Lieuwe Westra (Vacansoleil) et Julien Simon (Sojasun). Le peloton laissait l’échappée se former, prendre ses distances pendant les 130 premiers kilomètres (jusqu’à plus de 5’ d’avance), avant de la maîtriser et de stabiliser l’écart autour des deux minutes.

... engloutie à 10km de la ligne

Dans la côte de Dinan, le Néerlandais Westra tentait bien de faire réagir ses compagnons, conscient que le peloton avait sérieusement accéléré l’allure sous l’impulsion des Cannondale. Mais son effort s’avérait insuffisant pour ralentir le retour de la meute. Les cinq fuyards perdaient irrémédiablement leur avance, laquelle fondait sous la minute à 30 kilomètres de l’arrivée.

Après 180 km d’escapade, les derniers échappés étaient engloutis, laissant le peloton s’organiser pour le sprint final. Et dans cet exercice, le favori Mark Cavendish s'est complètement raté : en 4e position, en manque d'élan, l'homme aux 24 victoires rentrait dans Tom Veelers, lequel s'effondrait lourdement. Devant, André Greipel échouait à un boyau de son compatriote Marcel Kittel, premier double-vainqueur d'étape de la centième édition du Tour.

Vidéo : Le sprint victorieux de KittelVoir la vidéo SGV Sport

Vidéo : Focus sur la chute de Tom VeelersVoir la vidéo SGV Sport

Vidéo : Le résumé de l'étapeVoir la vidéo SGV Sport

-->