Nicolas Mahut et Roger Federer
Nicolas Mahut et Roger Federer sur le Central à la fin du 3e tour | AFP - PATRICK KOVARIK

Mahut: "Il y avait une petite fenêtre"

Publié le , modifié le

Battu par Roger Federer, Nicolas Mahut nourrissait le regret de ne pas avoir remporté ce 4e set. "Je pense qu'il y avait une petite fenêtre", dit-il en conférence de presse avant de glisser: "Je pense que j'ai réussi à le faire un peu déjouer".

- N’avez-vous pas commencé à y croire un peu trop tard ? Vous pensiez-vous capable d'un exploit en rentrant sur le court ?
Nicolas Mahut:
"Oui. Je me suis préparé à faire mon match. Au début, je pense qu'il a tout de suite mis la barre très haut, c'était un peu compliqué. Avec mon jeu, il faut toujours un peu de temps pour que ça se mette en place, que ça use l'adversaire, au début l'adversaire arrive à passer, puis un petit peu moins, puis un peu de fautes, moi je suis plus performant. Ça se passe régulièrement de la même manière. J'y croyais. J'avais un peu d'appréhension à l'idée de rentrer sur le Central plein mais finalement, ça c'est bien passé aussi. Je suis juste un peu déçu, on en veut toujours plus de toute manière, de ne pas avoir réussi à prendre le quatrième. Je pense qu'il y avait une petite fenêtre."

- Comment jugez-vous sa performance ?
N.M.:
Je pense que c'était aujourd'hui un Federer moyen, mais j'ai la prétention de croire que c'est moi qui l’ai fait mal jouer, j'espère en tout cas, en l’agressant, c'est un jeu qu'il n'a pas l'habitude d'affronter, en tout cas sur cette surface. Avec ses adversaires, d'habitude, ça joue du fond, sa frappe, ça frappe, il a plus de temps pour installer son jeu. Moi je l’ai privé de cela. Je pense qu'au bout d'un moment, il était peut-être moins dans son rythme habituel, il a commis des fautes inhabituelles. Je pense que j'ai réussi à le faire un peu déjouer.

- Vous aviez envie que ce soit une fête. Etait-ce le cas ?
N.M.:
"Oui, ça restera un grand moment pour moi d'avoir partagé cela. Il était quasiment plein. J'aurais connu ça à Roland Garros. Je ne pensais pas à Federer au troisième tour sur le Central, on m'aurait dit ça avant le tournoi, j'aurais signé bien évidemment. Je crois qu'il y a eu un match. Je n'ai pas de regret. Je crois que j'ai tout tenté, j'ai tout donné. J’avais dit de toute manière que, pour gagner, il fallait que je fasse le meilleur match de ma carrière et lui un match moyen. Lui a fait son match moyen, et je n'étais pas très loin. Mais je n'ai pas de regrets sur mes choix, il y a eu parfois un manque de réussite, je n'ai pas réussi tout ce que j'ai entrepris mais j'étais dans ce que j’avais décidé de faire. Ce n'est pas passé très loin de prendre un deuxième set. Mais en même temps, je prends le deuxième set sur la première balle de break, il ne faut pas être trop gourmand non plus."

- N’est-ce pas la meilleure préparation pour Wimbledon ?
N.M.:
"Oui, c'est sûr. Gagner des matches, il n'y a pas de meilleure préparation. Je pense que ce tournoi va me donner énormément de confiance. Je retire énormément de positif de ce tournoi. Il y a juste une petite tâche, c'est mon contrôle anti-dopage, la FLD est venue, la prochaine fois je resterai moins longtemps avec vous et voilà. C'est un peu ma déception du tournoi, d'avoir pris ce contrôle, sachant qu'on a le droit à trois, c'est mon premier, il faut faire attention quand même. Peut-être qu'ils n'ont pas la télévision."

- Vous pouvez faire appel ?
N.M.:
"Je vais faire appel de toute manière. Mais je crois que c'est raté effectivement. J'étais localisable entre 20 heures et 21 heures, j’avais rempli à un moment, je ne pensais pas forcément jouer le dimanche. Je trouve ça dommage en plus de se faire contrôler sur un tournoi comme ça, où ils savent qu'on va avoir un contrôle à la fin du tournoi. C'est la petite note un peu négative du tournoi, c'est un peu dommage."