Lutteurs JO
Le CIO avait décidé en février d'éjecter la lutte du programme olympique | AFP - RIA NOVOSTI

La lutte reste au programme des JO

Publié le , modifié le

Le Comité International Olympique (CIO) a décidé de retenir la lutte pour les Jeux Olympiques 2020 de Tokyo. Les quelque 100 membres du Comité international olympique (CIO), réunis à Buenos Aires, ont choisi de repêcher ce sport ancestral par une majorité de 49 voix, plutôt que de permettre le retour du softball et du base-ball sous une casquette commune (24) ou l'entrée du squash (22). L’avenir de ce sport ancestral et universel s’annonce donc sous de meilleurs auspices.

"Aux millions de lutteurs, supporteurs et amateurs à travers le monde qui  se sont rassemblés pour sauver la lutte olympique, je veux dire un très grand  merci", a déclaré le Serbe Nenad Lalovic, le président de la Fédération  internationale de lutte (FILA). La lutte est au programme des JO depuis les premiers de l’ère moderne, en 1996. Elle avait été écartée en février dernier pour être mise en concurrence avec d’autres sports plus confidentiels à l’échelle de la planète.

Sport universel

C’était compter sans les réactions, venues des quatre coins du globe. Devant la volée de bois vert qui a suivi la décision d’écarter la lutte, et les quelques réformes mises en place par la nouvelle Fédération internationale de lutte (FILA), la commission exécutive du CIO a finalement décidé de retenir la lutte au mois de mai parmi les trois candidats à la dernière place pour les JO. Avant la très bonne nouvelle dominicale qui va faire des millions d’heureux à travers la planète.

Depuis qu'elle a été condamnée à se battre pour éviter de finir aux  oubliettes olympiques, la lutte a entrepris une métamorphose salutaire. Après  avoir changé vite fait de président cet hiver, la FILA s'est attelée à modifier  aussi bien ses règles de fonctionnement pour les rendre plus démocratiques, que  les règles des combats pour qu'ils deviennent plus attractifs pour le grand  public. La mobilisation a fini par payer.

Vidéo: La longue attente de la lutte

Voir la video

Vidéo: La lutte réintégrée au programme olympique, le soulagement

Voir la video