Des lutteurs lors des championnats d'Asie de 2010

Coronavirus : Des lutteurs chinois interdits d'entrée en Inde

Publié le , modifié le

Des lutteurs chinois, qui devaient participer aux championnats d'Asie prévu à New Delhi cette semaine, se sont vus interdire l'entrée sur le territoire indien en raison de l'épidémie de coronavirus. Un responsable de la compétition a annoncé la nouvelle ce mardi, alors que le gouvernement indien a suspendu tous les visas électroniques pour les ressortissants chinois en raison de cette maladie dont l'épicentre se trouve dans la ville de Wuhan.

Alors que les championnats d'Asie de lutte doivent se dérouler à New Delhi, en Inde, cette semaine, les sportifs originaires de Chine ne pourront pas participer à la compétition. C'est un des responsables de cette dernière qui a annoncé la nouvelle ce mardi, indiquant que les lutteurs chinois ne pourront pas rentrer sur le territoire indien en raison de l'épidémie de coronavirus. "Ils ne viennent pas. Bien sûr, cela est en grande partie dû aux inquiétudes en termes de santé publique, l'épidémie de coronavirus est terrible", a déclaré le secrétaire adjoint de la Fédération de lutte d'Inde, Vinod Take.

Le gouvernement indien a suspendu les visas électroniques pour les ressortissants chinois en raison de l'infection virale qui a coûté la vie à plus de 1 800 personnes depuis sa propagation depuis son épicentre dans la ville centrale de Wuhan. "Les lutteurs sont évidemment déçus", a déclaré un porte-parole de la Fédération chinoise de lutte sur le site internet de l'organisation.

Désigner les têtes de série aux JO de Tokyo

Les championnats d'Asie, qui fournissent des points de classement UWW qui comptent pour désigner les têtes de série aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, commencent mardi et se poursuivent jusqu'au 23 février. Les champions du monde japonais Kenichiro Fumita et Risako Kawai doivent normalement y participer.

Le ministre des Sports indien, Kiren Rijiju, a souligné qu'en temps normal, le refus de visa n'est pas autorisé "car cela fait partie de la charte olympique" et que "nous essayons de tenir le sport à l'écart des questions politiques". "Mais en cas de problème de santé publique ou pour des raisons techniques, il peut y avoir des exceptions", a-t-il expliqué, justifiant la décision de refuser l'entrée aux lutteurs chinois.

AFP

Lutte